Les Fables Livre 3

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Quand la belle Vénus, sortant du sein des mers,
Promena ses regards sur la plaine profonde,
Elle se crut d’abord seule dans l’univers ;
Mais près d’elle aussitôt l’amour naquit de l’onde.
Vénus lui fit un signe, il embrassa Vénus ;
Et, se reconnaissant sans s’être jamais vus,
Tous deux sur un dauphin voguèrent vers la plage.
Comme ils approchaient du rivage,
L’amour, qu’elle portait, s’échappe de ses bras,
Et lance plusieurs traits en criant : terre ! Terre !
Que faites-vous, mon fils ? Lui dit alors sa mère.
Maman, répondit-il, j’entre dans mes états.

 

Les Fables Livre 3

Jean-Pierre Claris de Florian

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Un fils avait tué son père.
Ce crime affreux n’arrive guère
Chez les tigres, les ours ; mais l’homme le commet.
Ce parricide eut l’art de cacher son forfait,
Nul ne le soupçonna : farouche et solitaire,
Il fuyait les humains, il vivait dans les bois,
Espérant échapper aux remords comme aux lois.
Certain jour on le vit détruire à coups de pierre
Un malheureux nid de moineaux.
Eh ! Que vous ont fait ces oiseaux ?

Lire la suite...

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

De jeunes écoliers avoient pris dans un trou
Un hibou,
Et l’avoient élevé dans la cour du collège.
Un vieux chat, un jeune oison,
Nourris par le portier, étaient en liaison
Avec l’oiseau ; tous trois avoient le privilège
D’aller et de venir par toute la maison.
À force d’être dans la classe,
Ils avoient orné leur esprit,
Savaient par coeur Denys d’Halicarnasse

Lire la suite...

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Un renard plein d’esprit, d’adresse, de prudence,
À la cour d’un lion servait depuis longtemps.
Les succès les plus éclatants
Avoient prouvé son zèle et son intelligence.
Pour peu qu’on l’employât, toute affaire allait bien.
On le louait beaucoup, mais sans lui donner rien ;
Et l’habile renard était dans l’indigence.
Lassé de servir des ingrats,
De réussir toujours sans en être plus gras,

Lire la suite...

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Un gros perroquet gris, échappé de sa cage,
Vint s’établir dans un bocage :
Et là, prenant le ton de nos faux connaisseurs,
Jugeant tout, blâmant tout, d’un air de suffisance,
Au chant du rossignol il trouvait des longueurs,
Critiquait surtout sa cadence.
Le linot, selon lui, ne savait pas chanter ;
La fauvette aurait fait quelque chose peut-être,
Si de bonne heure il eût été son maître
Et qu’elle eût voulu profiter.

Lire la suite...

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Deux enfants d’un fermier, gentils, espiègles, beaux,
Mais un peu gâtés par leur père,
Cherchant des nids dans leur enclos,
Trouvèrent de petits perdreaux
Qui voletaient après leur mère.
Vous jugez de la joie, et comment mes bambins
À la troupe qui s’éparpille
Vont partout couper les chemins,
Et n’ont pas assez de leurs mains

Lire la suite...

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Une hermine, un castor, un jeune sanglier,
Cadets de leur famille, et partant sans fortune,
Dans l’espoir d’en acquérir une
Quittèrent leur forêt, leur étang, leur hallier.
Après un long voyage, après mainte aventure,
Ils arrivent dans un pays
Où s’offrent à leurs yeux ravis
Tous les trésors de la nature,
Des prés, des eaux, des bois, des vergers pleins de fruits.
Nos pèlerins, voyant cette terre chérie,

Lire la suite...

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Minos, ne pouvant plus suffire
Au fatigant métier d’entendre et de juger
Chaque ombre descendue au ténébreux empire,
Imagina, pour abréger,
De faire faire une balance
Où dans l’un des bassins il mettait à la fois
Cinq ou six morts, dans l’autre un certain poids
Qui déterminait la sentence.
Si le poids s’élevait, alors plus à loisir
Minos examinait l’affaire ;

Lire la suite...

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Un jour, causant entre eux, différents animaux
Louaient beaucoup le ver à soie.
Quel talent, disaient-ils, cet insecte déploie
En composant ces fils si doux, si fins, si beaux,
Qui de l’homme font la richesse !
Tous vantaient son travail, exaltaient son adresse.
Une chenille seule y trouvait des défauts,
Aux animaux surpris en faisait la critique,
Disait des mais , et puis des si .
Un renard s’écria : messieurs, cela s’explique ;
C’est que madame file aussi.

 

Les Fables Livre 3

Jean-Pierre Claris de Florian

Les Fables Livre 3

Evaluer cet article

Un de ces pieux solitaires
Qui, détachant leur coeur des choses d’ici bas,
Font voeu de renoncer à des biens qu’ils n’ont pas.
Pour vivre du bien de leurs frères,
Un dervis en un mot, s’en allait mendiant
Et priant,
Lorsque les cris plaintifs d’une jeune corneille
Par des parents cruels laissée en son berceau,
Presque sans plume encor, vinrent à son oreille.
Notre dervis regarde, et voit le pauvre oiseau

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/