Les cantilènes Livre 2

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Les rumeurs des hommes et des choses
Comme un flot expiré se sont tues.
Tes beaux desseins que tu prostitues,
O mon cœur, compte-les, si tu l’ oses.
Des détritus de bouquets de roses

Parfument les brises abattues.
Compte tes fiertés condescendues,
Et tes vains essors aux ailes closes.

Mais le doux ciel d’ une nuit d’ été

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Dans le splendide écrin de sa bouche écarlate
De ses trente-deux dents l’ émail luisant éclate.
Ses cheveux, pour lesquels une abbesse l’ aima
Jadis très follement, calamistrés en boucles,
Tombent jusqu’ à ses yeux-féeriques escarboucles-
Et ses cils recourbés semblent peints de çurma.

Sa main de noir gantée à la hanche campée,
Avec sa toque à plume, avec sa longue épée,
Il passe sous les hauts balcons indolemment.
Son pourpoint est de soie, et ses poignards superbes

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Elle mire au miroir son visage où neigea
La poudre odorante et que relève une mouche.
On jurerait, vraiment, que le tuteur se mouche,
A côté, d’ illicite façon. Mais déjà
Le cavalier de fer de l’ antique horloge a
Clamé le quart de cinq de sa stridente bouche.

Le griffon noir, que la camériste frisa
D’ un art sûr, tout en taquinant une babouche,
Attend, sur le fauteuil ample en velours d’ Utrecht.
Le corsage, à ramage. A traîne et zinzoline,

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Incarnate et dodue et narguant les chloroses,
Avec ta bouche rutilante et ton maintien
Impudique, et ton front que le remords chrétien
Ne saurait assombrir de hantises moroses ;
Avec tes seins petits et tes hanches décloses,
Et tes cheveux tordus, tu représentes bien
Ce conventionnel amour, que l’ art païen
Mais le nôtre-para de rubans et de roses.

Or, je rêve d’ un temple aux doriques piliers
Où grimpent les volubilis parmi les mauves ;

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Le soleil brille et brûle
Dans un ciel indigo.
L’ Arno coule très jaune
Sous le Ponte-Vecchio.
A Fiesole, aux Cascines,

Viale dei colli,
Les marquises exquises,
Oeil noir et teint pâli,

Adressent des sourires
Et des signes savants

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Aux galets le flot se brise
Sous la lune blanche et grise,
O la triste cantilène
Que la bise dans la plaine !
Elfes couronnés de jonc,
Viendrez-vous danser en rond ?

Hou ! Hou ! Le héron ricane
Pour faire peur à la cane.
Trap ! Trap ! Le sorcier galope
Sur le bouc et la varlope.

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Le gaz pleure dans la brume,
Le gaz pleure, tel un oeil.
Ah ! Prenons, prenons le deuil
De tout cela que nous eûmes.
L’ averse bat le bitume,

Telle la lame l’ écueil.
Et l’ on lève le cercueil
De tout cela que nous fûmes.
O n’ allons pas, pauvre sœur,
Comme un enfant qui s’ entête,

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Alme fleur, fleur d’ éden, hanebane d’ enfe.
Ta bouche, et tes seins lourds que d’ or tissé tu brides !
Nous allions par les bois pleins de monstres hybrides,
Toi de pourpre vêtue et moi bardé de fer.
Sous mon épée alors plus prompte que l’ éclair,

Crânes fendus, les dos troués, les yeux stupides,
Tombaient les nains félons et les géants cupides.
Et les citoles des jongleurs sonnaient dans l’ air.

Docile au joug, qu’ il eût fallu que j’ abolisse,
J’ ai trop longtemps humé la saveur du calice,

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

La lune se leva bizarrement cornue
Parmi les tulipiers au bout de l’ avenue,
Ce soir. ô la villa proprette et ses blancs murs,
Et son balcon de bois chargé de raisins mûrs.

O la brise d’ été qu’ embaumaient les ramures
En fleurs, qu’ embaumaient les pins et la haie aux mûres
L’air de violon qui s’ est plaint soudain : connu,
Air connu, très doux et comme ressouvenu.

Le vin que nous buvions sentait la peau de l’ outre.
Je vous pris les deux mains, mais vous passâtes outre,

Lire la suite...

Les cantilènes Livre 2

Evaluer cet article

Voilà pourtant le but inepte des choses.
Les fins parfums de la jupe qui froufroute
Le long du trottoir blanc comme la grand’ route,
Les lourds parfums de la lourde chevelure,
Nattes au dos, torsades sur l’ encolure.
La pénitence après le péché, sans doute
L’ orgueil et l’ avarice et l’ envie, et toute

La babiole ; et l’ amour de la nature,
Et même la lune à travers la verdure ;
Et même la lune et même l’ espoir, cette

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/