Enone au clair visage

Enone au clair visage / Poésie Jean Moréas

Evaluer cet article

Téthys qui m’as vu naître, ô Méditerranée !
Quinze fois le Taureau nous ramena l’année,
Depuis que, par ton zèle exilé de ton sein,
Ton aimable couleur à mes yeux fut ravie.
Certes, mon âme est forte et brave est mon dessein,
Et rapide est mon soc dans la trace suivie :
Et jà ma bouche a su entonner l’aquilon
Avecque l’Euménis, dans l’airain d’Apollon,
Lire la suite...

Enone au clair visage / Poésie Jean Moréas

Evaluer cet article

Soeur de Phébus charmante,
Qui veilles sur les flots, je pleure et je lamente,
Et je me suis meurtri avec mes propres traits.
Qu’avais-je à m’enquérir d’Eros, fils de la terre !
Eros, fils de Vénus, me possède à jamais.
Guidant ta course solitaire,
Lune, tu compatis à mon triste souci.
Ô Lune, je le sais, non, tu n’as pas, vénale,
A Pan barbu livré ta couche virginale,
Mais les feux doux-amers te renflammant aussi
Lire la suite...

Enone au clair visage / Poésie Jean Moréas

Evaluer cet article

L’eau qui jaillit de ce double rocher
Remplit ce long bassin d’une onde trépillante ;
Les frênes, les ormeaux, où viennent se percher
Linottes et serins,
Lui font une voûte ondoyante
Qui garde mieux qu’un toit
De tuiles, lorsque ainsi Sirius pique droit.
Viens goûter la fraîcheur de cette onde secrète,
Ô chère Enone, jette
Et tissus et bandeaux, ton esprit gracieux
Lire la suite...

Enone au clair visage / Poésie Jean Moréas

Evaluer cet article

Hier j’ai rencontré dans un sentier du bois
Où j’aime de ma peine à rêver quelquefois,
Trois satyres amis ; l’un une outre portait
Et pourtant sautelait, le second secouait
Un bâton d’olivier, contrefaisant Hercule.
Sur les arbres dénus, car Automne leur chef
A terre a répandu, tombait le crépuscule.
Le troisième satyre, assis sur un coupeau,
De sa bouche approcha son rustique pipeau,
Fit tant jouer ses doigts qu’il en sortit un son
Lire la suite...

Enone au clair visage / Poésie Jean Moréas

Evaluer cet article

Autrefois je tirais de mes flûtes légères
Des fredons variés qui plaisaient aux bergères
Et rendaient attentifs celui qui dans la mer
Jette ses lourds filets et celui qui en l’air
Dresse un piège invisible et ceux qui d’aiguillons
Poussent parmi les champs les boeufs creuse-sillons.
Priape même, alors, sur le seuil d’un verger,
En bois dur figuré, semblait m’encourager.
Ma flûte ne sait plus, hélas ! me réjouir,
Mon coeur est travaillé de crainte et de désir.
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/