poésie Henri Michaux

Recueils de poèmes

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

Tandis que je me rasais ce matin, étirant et soulevant un peu mes lèvres pour avoir une surface plus tendue, bien résistante au rasoir, qu’est-ce que je vois ? Trois dents en or ! Moi qui n’ai jamais été chez le dentiste.
Ah ! Ah !

Et pourquoi ?

Pourquoi ? Pour me faire douter de moi, et ensuite me prendre mon nom de Barnabé. Ah ! ils tirent ferme de l’autre coté, ils tirent, ils tirent.
Lire la suite...

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

Je me couche toujours très tôt et fourbu, et cependant on ne relève aucun travail fatigant dans ma journée.
Possible qu’on ne relève rien mais moi, ce qui m’étonne, c’est que je puisse tenir bon jusqu’au soir, et que je ne sois pas obligé d’aller me coucher dès les quatre heures de l’après-midi.
Ce qui me fatigue ainsi, ce sont mes interventions continuelles.
J’ai déjà dit que dans la rue je me battais avec tout le monde; je gifle l’un, je prends les seins aux femmes,
Lire la suite...

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

(in Mes propriétés)

En sortant, je m’égarai. Il fut tout de suite trop tard pour reculer. Je me trouvais au milieu d’une plaine. Et partout circulaient de grandes roues. Leur taille était bien cent fois la mienne. Et d’autres étaient plus grandes encore.Pour moi, sans presque les regarder, je chuchotais à leur approche, doucement, comme à moi-même :
” Roue, ne m’écrase pas… Roue, je t’en supplie, ne m’écrase pas… Roue, de grâce, ne m’écrase pas. ” Elles arrivaient, arrachant un vent puissant, et repartaient.
Lire la suite...

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

Dans la brume tiède d’une haleine de jeune fille, j’ai pris place
Je me suis retiré, je n’ai pas quitté ma place.
Ses bras ne pèsent rien. On les rencontre comme l’eau.

Ce qui est fané disparaît devant elle. Il ne reste que ses yeux.
Longues belles herbes, longues belles fleurs croissaient dans notre champ.
Obstacle si léger sur ma poitrine, comme tu t’appuies maintenant.
Tu t’appuies tellement, maintenant que tu n’es plus.

Textes poétiques
Henri Michaux

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

J’ai vu l’homme.

Je n’ai pas vu l’homme comme la mouette, vague au ventre, qui file rapide sur la mer indéfinie.
J’ai vu l’homme à la torche faible, ployé et qui cherchait. Il avait le sérieux de la puce qui saute, mais son saut était rare et réglementé.
Sa cathédrale avait la flèche molle. Il était préoccupé.

Je n’ai pas entendu l’homme, les yeux humides de piété,
Lire la suite...

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

Tu t’en vas sans moi, ma vie.
Tu roules.
Et moi j’attends encore de faire un pas.
Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.

Je ne t’ai jamais suivie.
Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l’apportes.
A cause de ce manque, j’aspire à tant.
Lire la suite...

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

…Et voyageant ainsi qu’on fait en rêve, elle arrive au milieu d’une peuplade de nègres.

Et là, suivant la coutume qui s’attache aux fils de roi, l’enfant royal est nourri par la mère et par la nourrice. Mais à la nourriture on ne laisse qu’un sein. L’autre est sectionné et la poitrine est plate comme celle d’un homme (sauf le nœud de la cicatrice).

La voyageuse, voyant cela, s’étonne.
Lire la suite...

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

J’étais en plein océan. Nous voguions. Tout à coup le vent tomba. Alors l’océan démasqua sa grandeur, son interminable solitude.

Le vent tomba d’un coup, ma vis fit « toc ». Elle était arrêtée à tout jamais.

Ce fut une après-midi de délire, ce fut après-midi singulière, l’après-midi de « la fiancée se retire ».
Lire la suite...

poésie Henri Michaux / textes poétiques

Evaluer cet article

Je peux rarement voir quelqu’un sans le battre.
D’autres préfèrent le monologue intérieur.
Moi non. J’aime mieux battre.
Il y a des gens qui s’assoient en face de moi au restaurant et
ne disent rien, ils restent un certain temps, car ils ont décidé de manger.
En voici un.Je te l’agrippe, toc.
Je te le ragrippe, toc.
Je le pends au portemanteau.
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/