Poésie George Sand

george-sand
1
Evaluer cet article

George Sand

George Sand est le pseudonyme d’Amandine Aurore Lucile Dupin, plus tard baronne Dudevant, écrivain française née à Paris le 1er juillet 1804 et morte le 8 juin 1876.

George Sand était un écrivain français, féministe avant l’heure; elle a écrit des romans, des nouvelles, des contes, des pièces de théâtre, une autobiographie, des critiques littéraires, des textes politiques…

 George Sand a pas mal bousculé les convenances au 19ème siècle, en adoptant dès 1829, un pseudonyme masculin George Sand, elle adota aussi les vétements masculins, elle lança le port du pantalon par les femmes, une féministe bien avant l’heure.  elle est aussi très connue pour sa liaison avec Alfred de Musset qui engendra un grande correspondance.

George sand, jeune

george-sand

Lire la suite...

Correspondances

Evaluer cet article

Cette insigne faveur que votre coeur réclame
Nuit à ma renommée et répugne à mon âme.

Correspondances entre George Sand et Alfred de Musset
George Sand

Correspondances

Evaluer cet article

Quand je mets à vos pieds un éternel hommage,
Voulez-vous qu’un instant je change de visage ?
Vous avez capturé les sentiments d’un coeur

Que pour vous adorer forma le créateur.
Je vous chéris, amour, et ma plume en délire
Couche sur le papier ce que je n’ose dire.
Avec soin de mes vers lisez les premiers mots,
Vous saurez quel remède apporter à mes maux.

Correspondances entre George Sand et Alfred de Musset

George Sand

Textes poétiques

Evaluer cet article

La nature est tout ce qu’on voit,
Tout ce qu’on veut, tout ce qu’on aime.
Tout ce qu’on sait, tout ce qu’on croit,
Tout ce que l’on sent en soi-même.

Elle est belle pour qui la voit,
Elle est bonne à celui qui l’aime,
Elle est juste quand on y croit
Et qu’on la respecte en soi-même.

Regarde le ciel, il te voit,
Embrasse la terre, elle t’aime.
La vérité c’est ce qu’on croit
En la nature c’est toi-même.

 

Textes poétiques

George Sand

Correspondances

Evaluer cet article

Cher ami,

Je suis toute émue de vous dire que j’ai
bien compris l’autre jour que vous aviez
toujours une envie folle de me faire
danser. Je garde le souvenir de votre
baiser et je voudrais bien que ce soit
une preuve que je puisse être aimée
par vous. Je suis prête à montrer mon
affection toute désintéressée et sans cal-
cul, et si vous voulez me voir ainsi

Lire la suite...

Textes poétiques

Evaluer cet article

Quand vous aurez prouvé, messieurs du journalisme,
Que Chatterton eut tort de mourir ignoré,
Qu’au Théâtre-Français on l’a défiguré,
Quand vous aurez crié sept fois à l’athéisme,
Sept fois au contresens et sept fois au sophisme,
Vous n’aurez pas prouvé que je n’ai pas pleuré.
Et si mes pleurs ont tort devant le pédantisme,
Savez-vous, moucherons, ce que je vous dirai ?
Je vous dirai : ” Sachez que les larmes humaines
Ressemblent en grandeur aux flots de l’Océan ;

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/