Les vers héroïques

Les vers héroïques

Evaluer cet article

Sur la fin de son cours le Soleil sommeillait
Et déjà ses coursiers abordaient la marine,
Quand Élise passa dans un char qui brillait
De la seule splendeur de sa beauté divine.

Mille appas éclatants qui font un nouveau jour
Et qui sont couronnés d’une grâce immortelle,
Les rayons de la gloire et les feux de l’amour
Éblouissaient la vue et brûlaient avec elle.

Je regardais coucher le bel astre des cieux,
Lorsque ce grand éclat me vint frapper les yeux,

Lire la suite...

Les vers héroïques

Evaluer cet article

L’auteur étant prié par des belles dames de leur faire promptement
une pièce de théâtre pour représenter à la campagne, et se voyant
pressé de leur écrire le sujet qu’il avait choisi pour cette comédie,
à laquelle il n’avait point pensé, leur envoya les vers qui suivent.

Puisqu’il vous plaît que je vous die
Le sujet de la comédie
Que je médite pour vos soeurs ;
Les images m’en sont présentes,
Les personnages sont des fleurs
Car vous êtes des fleurs naissantes.

Lire la suite...

Les vers héroïques

Evaluer cet article

Destins, faites-moi voir une ville allumée,
Toute pleine d’horreur, de carnage et de bruit,
Où l’inhumanité d’une orgueilleuse armée
Triomphe insolemment d’un empire détruit.

Faites-moi voir encore une flotte abîmée
Par le plus fâcheux temps que l’orage ait produit,
Où de cent mille voix, dans la plus noire nuit,
La clémence du Ciel soit en vain réclamée.

Ouvrez-moi les enfers ; montrez-moi tout de rang
Cent ravages de flammes et cent fleuves de sang,

Lire la suite...

Les vers héroïques

Evaluer cet article

Au point que j’expirais, tu m’as rendu le jour
Baiser, dont jusqu’au coeur le sentiment me touche,
Enfant délicieux de la plus belle bouche
Qui jamais prononça les Oracles d’Amour.

Mais tout mon sang s’altère, une brûlante fièvre
Me ravit la couleur et m’ôte la raison ;
Cieux ! j’ai pris à la fois sur cette belle lèvre
D’un céleste Nectar et d’un mortel poison.

Ah ! mon Ame s’envole en ce transport de joie !
Ce gage de salut, dans la tombe m’envoie ;

Lire la suite...

Les vers héroïques

Evaluer cet article

C’est fait de mes Destins ; je commence à sentir
Les incommodités que la vieillesse apporte.
Déjà la pâle mort, pour me faire partir,
D’un pied sec et tremblant vient frapper à ma porte.

Ainsi que le soleil sur la fin de son cours
Paraît plutôt tomber que descendre dans l’Onde ;
Lorsque l’homme a passé les plus beaux de ses jours
D’une course rapide il passe en l’autre Monde.

Il faut éteindre en nous tous frivoles désirs,
Il faut nous détacher des terrestres plaisirs

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/