La multiple splendeur

La multiple splendeur

Evaluer cet article

L’ombre s’installe, avec brutalité ;
Mais les ciseaux de la lumière,
Au long des quais, coupent l’obscurité,
A coups menus, de réverbère en réverbère.

La gare immense et ses vitraux larges et droits
Brillent, comme une châsse, en la nuit sourde,
Tandis que des voiles de suie et d’ombre lourde
Choient sur les murs trapus et les hautains beffrois.

Et le lent défilé des trains funèbres
Commence, avec leurs bruits de gonds

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Le monde est fait avec des astres et des hommes.
Là-haut,
Depuis quels temps à tout jamais silencieux,
Là-haut,
En quels jardins profonds et violents des cieux,
Là-haut,
Autour de quels soleils,

Pareils
à des ruches de feux,
Tourne, dans la splendeur de l’espace énergique,

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Il faut admirer tout pour s’exalter soi-même
Et se dresser plus haut que ceux qui ont vécu
De coupable souffrance et de désirs vaincus :
L’âpre réalité formidable et suprême
Distille une assez rouge et tonique liqueur
Pour s’en griser la tête et s’en brûler le coeur.

Oh clair et pur froment d’où l’on chasse l’ivraie !
Flamme nette, choisie entre mille flambeaux
D’un légendaire éclat, mais d’un prestige faux !
Dites, marquer son pas dans l’existence vraie,

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Dans la clarté plénière et ses rayons soudains
Brûlant, jusques au coeur, les ramures profondes,
Femmes dont les corps nus brillent en ces jardins,
Vous êtes des fragments magnifiques du monde.

Au long des buis ombreux et des hauts escaliers,
Quand vous passez, joyeusement entrelacées,
Votre ronde simule un mouvant espalier
Chargé de fruits pendus à ses branches tressées.

Si dans la paix et la grandeur des midis clairs
L’une de vous, soudain, s’arrête et plus ne bouge,

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Oh ces larges beaux jours dont les matins flamboient !
La terre ardente et fière est plus superbe encor
Et la vie éveillée est d’un parfum si fort
Que tout l’être s’en grise et bondit vers la joie.

Soyez remerciés, mes yeux,
D’être restés si clairs, sous mon front déjà vieux,
Pour voir au loin bouger et vibrer la lumière ;
Et vous, mes mains, de tressaillir dans le soleil ;
Et vous, mes doigts, de vous dorer aux fruits vermeils
Pendus au long du mur, près des roses trémières.

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Le monde est trépidant de trains et de navires.
De l’Est à l’Ouest, du Sud au Nord,
Stridents et violents,
Ils vont et fuient ;
Et leurs signaux et leurs sifflets déchirent
L’aube, lejour, le soir, la nuit ;

Et leur fumée énorme et transversale
Barre les cités colossales
Et la plaine et la grève et les flots et les cieux.
Et le tonnerre sourd de leurs roulants essieux,

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Un soir plein de clartés et de nuages d’or,
Du fond des cieux lointains, rayonne au coeur d’un port
Léger de mâts et lourd de monstrueux navires ;
L’ombre est de pourpre autour des aigles de l’Empire
Dont le bronze géant règne sur les maisons.
On écoute bondir, dans leurs beffrois, les cloches ;

D’héroïques drapeaux pendent aux frontons proches,
Et la gloire en tumulte envahit l’horizon.
Et c’est l’heure où le songe et l’effort se confondent,
Où l’on s’attarde, regardant au loin la mer,

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Groupes de travailleurs, fiévreux et haletants,
Qui vous dressez et qui passez au long des temps
Avec le rêve au front des utiles victoires,
Torses carrés et durs, gestes précis et forts,
Marches, courses, arrêts, violences, efforts,
Quelles lignes fières de vaillance et de gloire
Vous inscrivez tragiquement dans ma mémoire !
Je vous aime, gars des pays blonds, beaux conducteurs
De hennissants et clairs et pesants attelages,
Et vous, bûcherons roux des bois pleins de senteurs,

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Tout seul,
Que le berce l’été, que l’agite l’hiver,
Que son tronc soit givré ou son branchage vert,
Toujours, au long des jours de tendresse ou de haine,
Il impose sa vie énorme et souveraine
Aux plaines.

Il voit les mêmes champs depuis cent et cent ans
Et les mêmes labours et les mêmes semailles ;
Les yeux aujourd’hui morts, les yeux
Des aïeules et des aïeux

Lire la suite...

La multiple splendeur

Evaluer cet article

Pour vivre clair, ferme et juste,
Avec mon coeur, j’admire tout
Ce qui vibre, travaille et bout
Dans la tendresse humaine et sur la terre auguste.

L’hiver s’en va et voici mars et puis avril
Et puis le prime été, joyeux et puéril.
Sur la glycine en fleurs que la rosée humecte,
Rouges, verts, bleus, jaunes, bistres, vermeils,
Les mille insectes
Bougent et butinent dans le soleil.

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/