poésie Emile Blemont

Poèmes Emile Blemont

Evaluer cet article

Une averse a lavé le ciel. Il se fait tard.
Le creux de la vallée est couvert de brouillard ;
Mais sur les coteaux clairs luit au loin la feuillée,
Et le firmament mêle à la forêt mouillée
Des palpitations de clarté pâle. Amis,
L’heure est propice : allons, par les bois endormis,
Dans les champs, au-dessus de la prairie humide,

Lire la suite...

Poèmes Emile Blemont

Evaluer cet article

La plage étincelle, fume
Et retentit, vaste enclume
Que les vagues et le vent
Couvrent de bruit et d’écume.
Je vais, selon ma coutume,
Le long du galet mouvant,
Les yeux au large, rêvant
Quelque rêve décevant
Salé de fraîche amertume.
Avec leurs doux cris joyeux

Lire la suite...

Poèmes Emile Blemont

Evaluer cet article

Le soir, après avoir veillé tard sur un livre,
Quand ma lampe charbonne en son cercle de cuivre,
Quand au loin, dans Paris silencieux et noir,
L’écho des derniers pas meurt le long du trottoir,
Je sors de mon travail fiévreux, comme d’un rêve.

 

Poèmes

Emile Blemont

Poèmes Emile Blemont

Evaluer cet article

La brise émeut les rameaux bruns,
L’aube déjà blanchit le store ;
Tout devient rose, c’est l’aurore !
Le palais s’emplit de parfums.

L’air du ciel mêle le ramage
Des fontaines et des oiseaux ;
Les fleurs de la terre et des eaux
Offrent au printemps leur hommage…

Ô feuilles des saules tremblants,
Vous êtes de l’or fin ! Vous êtes

Lire la suite...

L’Ame étoilée

Evaluer cet article

Le soir, après avoir veillé tard sur un livre,
Quand ma lampe charbonne en son cercle de cuivre,
Quand, au loin, dans Paris silencieux et noir,
L’écho des derniers pas meurt le long du trottoir,
Je sors de mon travail fiévreux, comme d’un rêve.
Je dégage mon front de mes mains ; je me lève
Péniblement, les yeux obscurcis, l’esprit las.
A travers ma langueur minuit sonne le glas ;
Il faut se reposer, c’est l’heure coutumière.
Je pousse le fauteuil, j’emporte la lumière

Lire la suite...

L’Ame étoilée

Evaluer cet article

Ce qui nous émeut tant devant le mal d’un autre,
Est-ce un pressentiment qu’il deviendra le nôtre ;
Et l’homme, en son prochain, ne plaint-il donc si fort
Que lui-même, ou l’image exacte de son sort ?
Pitié naïve ! – Un jour, dans mon passé prospère

(Comme ce jour est loin !), je vis pleurer un père
Qui, le front nu, suivait, pâle, un petit cercueil ;
Et jusqu’au fond de moi pénétra tout le deuil
Qu’il traînait sous le ciel ; et toute sa souffrance
Vint assaillir mon cœur, alors fou d’espérance.

Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/