Poésies Edgar Allan Poe

Recueils de poèmes

Grâce au ciel ! la crise – le danger est passé, et le malaise traînant est loin enfin – et la fièvre appelée "Vivre" est vaincue enfin. C'est tristesse, je le sais, que d'être dénué de ma force, et je ne meus pas un muscle, moi qui gît de tout mon long, – mais n'importe…

Gaiement accoutré, un galant chevalier, au soleil et par les ténèbres, avait longtemps voyagé, chantant une chanson, à la recherche de l'Eldorado

Mon beau tzigane mon amant Écoute les cloches qui sonnent Nous nous aimions éperdument Croyant n'être vus de personne

Ces vers sont écrits pour celle dont les yeux lumineux, Aussi brillamment expressifs que les jumeaux de Léda, Trouveront son tendre nom niché au creux De cette page, masqué à tout lecteur. Fouillez attentivement ce morceau, qui contient un trésor Divin — un talisman — une amulette Qui sur le coeur se doit porter. Scrutez…

Le Corbeau Edgar Allan Poe Traduction de Stéphane Mallarmé UNE fois, par un minuit lugubre, tandis que je m'appesantissais, faible et fatigué, sur maint curieux et bigarre volume de savoir oublié – tandis que je dodelinais la tête, somnolant presque : soudain se fit un heurt, comme de quelqu'un frappant doucement, frappant à la porte…

Edgar Allan Poe Traduction de Charles Baudelaire Une fois, sur le minuit lugubre, pendant que je méditais, faible et fatigué, sur maint précieux et curieux volume d’une doctrine oubliée, pendant que je donnais de la tête, presque assoupi, soudain il se fit un tapotement, comme de quelqu’un frappant doucement, frappant à la porte de ma…

Edgar Allan Poe Traduction de Charles Baudelaire La crête des montagnes sommeille ; la vallée, le rocher et la caverne sont muets. Alcman. Écoutez-moi, — dit le Démon, en plaçant sa main sur ma tête —. La contrée dont je parle est une contrée lugubre en Libye, sur les bords de la rivière Zaïre. Et…

Tu voudrais être aimée? Donc que ton coeur ne s'écarte de son sentier présent! ةtant de tout point ce que tu es maintenant, ne sois rien de ce que tu n'es pas. Ainsi, pour le monde, tes nobles façons, ta grâce, bien plus que de la beauté, seront un thème sans fin de louange; à…

Bien-aimée parmi les maux pressants qui s'attroupent autour de mon sentier terrestre, morne sentier, hélas ! où ne croît pas même une rose solitaire, mon âme a du moins un soulas dans des rêves de toi, et y sait un ةden de chers repos.

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/