Poésies Clement Marot

L'Adolescence clémentine / Poésies Clement Marot

me fais sans t’avoir offensée :
Plus ne m’écris, plus de moi ne t’enquiers.
Mais nonobstant autre Dame ne quiers :
Plutôt mourir que changer ma pensée.
Je ne dis pas t’amour être effacée,
Mais je me plains de l’ennui que j’acquiers,
Et loin de toi humblement te requiers
Que loin de moi, de moi ne sois fâchée.

L’Adolescence clémentine
Clément Marot

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/