Poésies Clement Marot

L'Adolescence clémentine

Jouissance vous donnerai,
Mon Ami, et si mènerai
A bonne fin votre espérance.
Vivante ne vous laisserai ;
Encore, quand morte serai,
L’esprit en aura souvenance.

Si pour moi avez du souci,
Pour vous n’en ai pas moins aussi,
Amour le vous doit faire entendre.
Lire la suite...

me fais sans t’avoir offensée :
Plus ne m’écris, plus de moi ne t’enquiers.
Mais nonobstant autre Dame ne quiers :
Plutôt mourir que changer ma pensée.
Je ne dis pas t’amour être effacée,
Mais je me plains de l’ennui que j’acquiers,
Et loin de toi humblement te requiers
Que loin de moi, de moi ne sois fâchée.

L’Adolescence clémentine
Clément Marot

Ma Dame ne m’a pas vendu,
Elle m’a seulement changé :
Mais elle a au change perdu,
Dont je me tiens pour bien vengé,
Car un loyal a étrangé
Pour un autre, qui la diffame.
N’est-elle pas légère femme ?

Le Noir a quitté et rendu,
Le Blanc est d’elle dérangé,
Lire la suite...

n’ai plus, mais vis en déconfort.
Fortune m’a remis en grand douleur.
L’heur que j’avais est tourné en malheur,
Malheureux est, qui n’a aucun confort.

Fort suis dolent, et regret me remord,
Mort m’a ôté ma Dame de valeur.
L’heur que j’avais est tourné en malheur :
Malheureux est, qui n’a aucun confort.
Lire la suite...

Quand j’ai pensé en vous, ma bien-aimée,
Trouver n’en puis de si grande beauté :
Et de vertu seriez plus estimée,
Qu’autre qui soit, si n’était cruauté.
Mais pour vous aimer loyaument
J’ai récompense de tourment :
Toutefois quand il vous plaira,
Mon mal par merci finira.

Dès que mon oeil aperçut votre face,
Ma liberté du tout m’abandonna,
Lire la suite...

Qui veut avoir liesse
Seulement d’un regard,
Vienne voir ma maîtresse,
Que Dieu maintienne et gard !
Elle a si bonne grâce,
Que celui qui la voit,
Mille douleurs efface,
Et plus s’il en avoit.

Les vertus de la belle
Me font émerveiller.
Lire la suite...

Secourez-moi, ma Dame par amours,
Ou autrement la Mort me vient quérir.
Autre que vous ne peut donner secours
A mon las coeur, lequel s’en va mourir.
Hélas, hélas, veuillez donc secourir
Celui qui vit pour vous en grand détresse,
Car de son coeur vous êtes la maîtresse.

Si par aimer, et souffrir nuits et jours,
L’ami dessert ce qu’il vient requérir,
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/