Notre mère la ville

Notre mère la ville / Poésies Odilon-Jean Périer

Evaluer cet article

J’ai abîmé l’enfant de votre coeur
(Y fallait-il cette présence triste ?)
Mais, évadé, sourire sans grandeur,
Comment prouver que tout ce Monde existe ?

– Et toi, mon corps, enfant que j’abandonne,
Par tous tes sens tu montres des désirs !
– Et toi, Sagesse, un poète s’étonne
Que pour si peu l’on vienne t’endormir.
Lire la suite...

Notre mère la ville / Poésies Odilon-Jean Périer

Evaluer cet article

Corps violent, redoutable, honteux,
Corps de poète habitué aux larmes,
Qui te secoue ainsi, qui te désarme ?
Bruxelles dort orné de mille feux

Dans le pays de la bonne souffrance
Rappelle-toi cette maison des champs

Archange infirme ivre de ton silence,
N’attendais-tu qu’un amour plus pressant ?
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/