Notre mère la ville

Poésies Odilon-Jean Périer

J’ai abîmé l’enfant de votre coeur
(Y fallait-il cette présence triste ?)
Mais, évadé, sourire sans grandeur,
Comment prouver que tout ce Monde existe ?

– Et toi, mon corps, enfant que j’abandonne,
Par tous tes sens tu montres des désirs !
– Et toi, Sagesse, un poète s’étonne
Que pour si peu l’on vienne t’endormir.
Lire la suite...

Corps violent, redoutable, honteux,
Corps de poète habitué aux larmes,
Qui te secoue ainsi, qui te désarme ?
Bruxelles dort orné de mille feux

Dans le pays de la bonne souffrance
Rappelle-toi cette maison des champs

Archange infirme ivre de ton silence,
N’attendais-tu qu’un amour plus pressant ?
Lire la suite...

La Ville est dans ma chambre
Ce fauteuil est un port.
Avez-vous vu mes lampes
Mes mâts et mes bateaux ?

Le tabac et les vagues
Chantantes du ciel noir,
Le jeu, le bruit des algues
Aux vitres, mes miroirs,
Lire la suite...

On meurt dans la pluie.
La Douleur du Nord
Aime ce décor
En saisons pourries.

Pégase y est mort
Une nuit de pluie.
Pourquoi, Poésie,
Ce cri vers le Nord ?
Lire la suite...

Je fis ce masque pour mes frères
Avec l’or que j’avais volé
Dieu des chanteurs, ami sévère
A ma vieille sincérité.

Que leurs dédains m’ont réjoui !

– Toute ma vie agenouillée.
Un dieu s’y est épanoui
Comme une rivière emportée.
Lire la suite...

Posting....

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/