Le promeneur

Le promeneur / Poésies Odilon-Jean Périer

Les fontaines ornées d’écume et d’armes blanches
Les fontaines, ce soir, parlent à haute voix

La vitre des cafés
Murmure, où la buée, les baisers se mélangent
Le souffle de l’amour et les lèvres mouillées
Que je goûte sur toi.

Douces choses, ce soir, et qui fondent en larmes
Haleines et cheveux Promesses dénouées
De caresse en caresse Et d’année en année
Quand tous les amoureux parlent à haute voix.

Le promeneur
Odilon-Jean Périer

Le promeneur / Poésies Odilon-Jean Périer

Les rues et les verres vides
La grande fraîcheur des mains
Rien de cassé Rien de sali Rien d’inhumain
Cordialement bonjour, bonsoir
Je suis paresseux tu vois
En bonne santé
A la santé du paysage
L’amateur de rues aérées
Si vous voulez que je vous aime
Ouvrez des mains immaculées
Je ne suis pas désaltéré.

Le promeneur
Odilon-Jean Périer

Le promeneur / Poésies Odilon-Jean Périer

A Marcel Arland

Que m’importe de vivre heureux, silencieux,
Un nuage doré pour maison, pour patrie.
Je caresse au hasard le corps de mon amie,
Aussi lointaine, hélas ! et fausse qu’elle veut.

Qui êtes-vous enfin ? qui parle ? – et qui m’écoute ? –
Un homme vraiment seul entend battre son coeur.
Je cherche parmi vous les signes du bonheur :
Je ne vois qu’un ciel blanc, qu’une étoile de routes.
Lire la suite...

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/