Poésies Maurice du Plessys

Maurice Du Plessys

Maurice Du Plessys est un poète français, il est né le 14 octobre 1864 et mort le 22 janvier 1924.

Maurice Du Plessys

Maurice Du Plessys fit partie de l’École romane qui était animée par le poète Jean Moréas. Lles euvres de Maurice Du Plessys furent reçues favorablement par la Revue critique des idées et des livres, Cette revue a été fondée par Eugène Marsan et Jean Rivain.

Les poèmes de Maurice du Plessys

 

Recueils de poèmes

Maurice Du Plessys
0

Biographie de Maurice Du Plessys

Maurice Du Plessys est un poète français, il est né le 14 octobre 1864 et mort le 22 janvier 1924.Il est l’un des  poètes oubliés auxquels Charles Maurras a consacré quelques textes.

Du Plessys appartient au courant poétique fondé par Jean Moréas et Charles Maurras en 1891 appelé l’École romane. La revue politique et littéraire française  « Revue critique des idées et des livres » fondée par Eugène Marsan et Jean Rivain a accueilli favorablement ses poèmes.

Maurice Du Plessys

Maurice Du Plessys

Lire la suite...

Poésies Maurice du Plessys / Textes et Poésies

Puisque de mes destins l’arrêt est prononcé
Et qu’aux profanes cris de la grande adultère,
J’aurai d’un sang trop pur demain marqué la terre,
Vieil aigle par les feux de mille coups percé,

 
Apollon, toi, seul dieu qui mon culte ait fixé,
Flambeau toujours présent à ma carrière austère,
Apporte à mon chevet, du pâle grabataire
Dernier festin ! Hellas, ce tableau bien pensé.
Lire la suite...

Poésies Maurice du Plessys / Textes et Poésies

ou le retour à Ithaque

Chère, après tant de maux, ton front renaît plus beau
(Redevenus époux, comme tu nous appelles),
Comme si la douleur était le grand flambeau,
Femmes, qui veille en vous pour vous faire plus belles !
Ô, ne me dites plus que l’Amour a des ailes

Et que le coeur de l’homme est un passant qui ment !
Vois : le retour d’Ulysse illustre son serment :
Lire la suite...

Poésies Maurice du Plessys / Textes et Poésies

Cette nuit…

Cette nuit (noble accord des êtres et des choses)
En un palais, le plus tranquille des tombeaux,

Trois nymphes, l’or, la neige échangeantes aux roses,
Dansaient, flammes de marbre, aux feux des vieux flambeaux.

Textes et poesies
Maurice du Plessys

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/