Les fables Livre 10

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

Quatre chercheurs de nouveaux mondes,
Presque nus échappés à la fureur des ondes,
Réduits au sort de Bélisaire,
Demandaient aux passants de quoi
Pouvoir soulager leur misère.
De raconter quel sort les avait assemblés,
Quoique sous divers points tous quatre ils fussent nés,
C'est un récit de longue haleine.
Ils s'assirent enfin au bord d'une fontaine:
Là le conseil se tint entre les pauvres gens.
Lire la suite...

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

Je me suis souvent dit, voyant de quelle sorte
L'homme agit, et qu'il se comporte,
En mille occasions, comme les animaux:
"Le roi de ces gens-là n' a pas moins de défauts
Que ses sujets, et la nature
A mis dans chaque créature
Quelque grain d'une masse où puisent les esprits;
J'entends les esprits corps, et pétris de matière."
Je vais prouver ce que je dis.
A l'heure de l'affût, soit lorsque la lumière
Précipite ses traits dans l'humide séjour,
Soit lorsque le soleil rentre dans sa carrière,
Et que, n'étant plus nuit, il n'est pas encor jour,
Lire la suite...

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

Aucun chemin de fleurs ne conduit à la gloire.
Je n'en veux pour témoin qu'Hercule et ses travaux.
Ce dieu n'a guère de rivaux;
J'en vois peu dans la fable, encor moins dans l'Histoire.
En voici pourtant un, que de vieux talismans
Firent chercher fortune au pays des romans.
Il voyageait de compagnie.
Son camarade et lui trouvèrent un poteau
Ayant au haut cet écriteau:
" Seigneur aventurier, s'il te prend quelque envie
" De voir ce que n'a vu nul chevalier errant,
" Tu n'as qu'à passer ce torrent;
" Puis, prenant dans tes bras un éléphant de pierre
Lire la suite...

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

Mère lionne avait perdu son faon:
Un chasseur l'avait pris. La pauvre infortunée
Poussait un tel rugissement
Que tout la forêt était inportunée.
La nuit ni son obscurité,
Son silence et ses autres charmes,
De la reine des bois n'arrêtaient les vacarmes:
Nul animal n'était du sommeil visité.
L'ourse enfin lui dit:" Ma commère,
Un mot sans plus: tous les enfants
Qui sont passés entre vos dents
N'avaient-ils ni père ni mère?
Lire la suite...

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

Deux perroquets, l’un père et l’autre fils,
Du rôt d’un roi faisaient leur ordinaire;
Deux demi-dieux, l’un fils et l’autre père,
De ces oiseaux faisaient leurs favoris.
L’âge liait une amitié sincère
Entre ces gens: les deux pères s’aimaient;
Les deux enfants, malgré leur coeur frivole,
L’un avec l’autre aussi s’accoutumaient,
Nourris ensemble, et compagnons d’école.
C’était beaucoup d’honneur au jeune perroquet,
Car l’enfant était prince, et son père monarque.
Lire la suite...

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

Tircis, qui pour la seule Annette
Faisait raisonner les accords
D'une voix et d'une musette
Capables de toucher les morts,
Chantait un jour le long des bords
D'une onde arrosant les prairies
Dont Zéphire habitait les campagnes fleuries.
Annette cependant à la ligne pêchait;
Mais nul poisson ne s'approchait:
La bergère perdait ses peines.
Le berger, qui, par ses chansons,
Eût attiré des inhumaines,
Crut, et crut mal, attirer des poissons.
Lire la suite...

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

Deux démons à leur gré partagent notre vie,
Et de son patrimoine ont chassé la raison;
Je ne vois point de coeur qui ne leur sacrifie:
Si vous me demandez leur état et leur nom,
J'appelle l'un amour et l'autre ambition.
Cette dernière étend le plus loin son empire;
Car même elle entre dans l'amour.
Je le ferais bien voir; mais mon but est de dire
Comme un roi fit venir un berger à sa cour.
Le conte est du bon temps, non du siècle où nous sommes.
Lire la suite...

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

Parmi de certains coqs, incivils, peu galants,
Toujours en noise, et turbulents,
Une perdrix était nourrie.
Son sexe et l'hospitalité,
De la part de ces coqs, peuple à l'amour porté,
Lui faisaient espérer beaucoup d'honnêteté:
Ils feraient les honneurs de la ménagerie.
Ce peuple cependant, fort souvent en furie,
Pour la dame étrangère ayant peu de respect,
Lui donnait fort souvent d'horribles coups de bec.
Lire la suite...

Fables Jean de la Fontaine / Les fables Livre 10

"O Jupiter, qui sus de ton cerveau,
Par un secret d'accouchement nouveau,
Tirer Pallas, jadis mon ennemie,
Entends ma plainte une fois en ta vie!
Progné me vient enlever les morceaux;
Caracolant, frisant l'air et les eaux,
Elle me prend mes mouches à ma porte:
Miennes je puis les dire; et mon réseau
En serait plein sans ce maudit oiseau:
Je l'ai tissu de matière assez forte."
Ainsi, d'un discours insolent,
Se plaignait l'araignée autrefois tapissière,
Lire la suite...
Page 1 sur 212

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/