Au bord de la Marne

(Mis à jour le: 20 décembre 2015)
C’est régate à Joinville. On tire le pétard.
Les cinq canots, deux en avant, trois en retard,
Partent, et de soleil la rivière est criblée.
Sur la berge, là-bas, la foule est assemblée,

Et la gendarmerie est en pantalon blanc.
– Et l’on prévoit, ce soir, les rameurs s’attablant
Au cabaret, les chants des joyeuses équipes,
Les nocturnes bosquets constellés par les pipes,
Et les papillons noirs qui, dans l’air échauffé,
Se brûlent au cognac flambant sur le café.

 

Promenades et intérieurs

François Coppée

Au bord de la Marne Promenades et Intérieurs Poésie François Coppée

 Poésie François Coppée - Promenades et Intérieurs - Au bord de la Marne -  C’est régate à Joinville. On tire le pétard. Les cinq canots, deux en avant, trois en retard,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/