Visiter le château du Haut-Koenigsbourg

(Publié le 4 novembre 2020) (Mis à jour le: 4 novembre 2020)
Si vous passez vos vacances dans le département du Bas-Rhin, on vous proposera sûrement de visiter le château du Haut-Koenigsbourg. De par son nom, on pourrait croire qu’il se trouve en Allemagne, mais il est bien implanté sur le territoire français dans la commune d’Orschwiller. L’appellation a bien un côté allemand : elle vient du terme allemand « Hochkönisgburg » qui veut dire « Haut-château du roi ». Dans ce dossier, nous allons faire un zoom sur cette forteresse alsacienne du XIIème siècle.

En savoir plus sur l'histoire du château du Haut-Koenigsbourg

Localisation et accès au château

Si vous passez dans la région historique et culturelle d’Alsace, il sera difficile de rater le château du Haut-Koenigsbourg de par sa position : il est situé à 757 mètres d’altitude. En partant de Sélestat, cette forteresse est à une douzaine de kilomètres. Il est localisé à 26 km au nord de Colmar et à 55 km au sud de Strasbourg. Si vous venez avec votre voiture pour la visite, ne vous inquiétez pas pour ce qui est du parking, car il y a plusieurs places disponibles le long de la route menant au château. Garez votre véhicule et faites le reste à pied.

Lire aussi – Le Musée national d’histoire naturelle : un site à découvrir à Paris

L’historique du château

Pour comprendre l’importance de cette forteresse dans la région, nous allons nous pencher sur son historique. Le château de Haut-Koenigsbourg est une construction illégale faite au XIIème siècle par Frédéric Ier de Souabe qui était à l’époque duc de Souabe. Les terres où les fondations de cette forteresse ont pris place appartenaient aux moins de l’abbaye de Lièpvre. En 1147, le moine de Saint-Denis Eudes de Deuil a tenté d’annuler la construction de l’édifice qui était déjà bien là avec deux tours destinés à surveillance de la route d’Alsace du nord au sud. Cette tentative fut un échec.

A la première moitié du XIIIème siècle, le château de Haut-Koenigsbourg change d’occupants et il est repris par les ducs de Lorraine, puis par les sires Rathsamhausen et par les Hohenstein. Ces derniers y sont restés jusqu’au XVème siècle. Par la suite, la forteresse devient un repaire aux chevaliers brigands. Elle fut même incendiée en 1462. A la suite de ce malheureux événement, c’est la famille Thierstein qui reprend le château. Une nouvelle forteresse se voit bâtir et renforcée avec mur-bouclier. En 1517, le château est racheté par l’empereur Maximilien Ier. Ce rachat occasionne d’autres rachats, car ni l’empereur, ni les propriétaires successifs n’arrivent pas à subevenir aux coûts d’entretien de ce château.

A découvrir également – Le domaine national de Saint-Cloud, son histoire

L'historique du château du Haut-Koenigsbourg

En 1633, pendant la guerre de Trente Ans, notamment pendant la bataille opposant la Suède à l’Autriche, l’Alsace est complètement ravagée. Les Suédois vainqueurs de cette bataille s’installent dans le château qui est déjà en piteux état en juillet. Quelques semaines plus tard, les Autrichiens reviennent en guerre et reprennent le château. A la suite de ceci, un incendie ravage la forteresse et elle est par la suite laissée à l’abandon. Les années passent et le site et ses ruines trouvent quand même des acheteurs. Le site est même classé monument historique en 1862 et en 1865, la commune de Sélestat rassemble les propriétaires pour leur faire une offre d’achat qui a abouti.

Avec le traité de Francfort, l’Alsace devient allemande à compter de 1871. En mai 1899, la commune de Sélestat offre le château du Haut-Koenigsbourg et les terres sommitales aux alentours à l’empereur Guillaume II de Hohenzollern. Ce dernier se lance dans un projet de construction de musée se focalisant sur la germanité de l’Alsace. L’accompagnant dans ce projet de restauration du château, on voit l’architecte et archéologue Bodo Ebhardt. Les travaux commencent en 1901 et s’étalent sur sept ans. On alors une nouvelle forteresse du Haut-Koenigsbourg en 1908. Si les grandes constructions se sont terminées cette année, les finitions et les achats de collection continuent jusqu’en 1918.

En application du traité de Versailles suite à la Première Guerre Mondiale, le château du Haut-Koenigsbourg est restitué à l’Etat Français. Même s’il devient une propriété française, on voit toujours le blason de Guillaume II dans le château. Si la forteresse elle-même avait été déjà classé monument historique, il y a quelques années de cela, il a fallu attendre le 11 février 1993 pour que l’ensemble du site bénéficie aussi de ce classement au titre des monuments historiques. En 2007, le château devient la propriété du Conseil Général du Bas-Rhin. Chaque année, ce sont près de 550 000 visiteurs qui viennent explorer le château.

Ceci pourrait également vous intéresser – La Place de la Madeleine : une place dans l’univers du luxe parisien

Histoire du château du Haut-Koenigsbourg

Que voir au château du Haut-Koenigsbourg ?

Une fois que vous êtes sur les lieux, même si vous n’êtes encore qu’à l’extérieur, vous allez être impressionné par sa taille. Vous n’allez pas non plus manquer la beauté des remparts de cette forteresse en remontant vers l’entrée. Avant d’entrer dans le château, faites un petit tour à l’extrémité pour voir le grand bastion avec deux impressionnantes tours d’artillerie. Après avoir acheté votre billet, vous pouvez poursuivre la visite avec la cour principale. Vous pouvez aller à la forge, au moulin, à l’auberge, à la fontaine ou au corps du logis.

Une fois que vous mettez les pieds à l’intérieur du château, vous allez directement remarquer cette atmosphère et cette ambiance qui vous remontent à l’époque des grands seigneurs du moyen-âge. Il y a tout de même quelques salles « modernes ». Vous pourrez voir dans la partie où se situent les appartements un exemple de l’habitat de château. Pendant cette visite, la salle des fêtes est un des lieux que ne ratent pas les visiteurs. On dit bien « salle de fête », mais c’est plus une salle avec un but clairement politique. Levez la tête et admirez l’aigle impérial avec les blasons des différentes villes de la région au plafond.

En poursuivant votre visite, vous arriverez à la salle des trophées de chasse. Le « W » sur la plupart des trophées signifie « Wilhem » qui n’est autre que Guillaume II. Après la salle des trophées de chasse, on a la salle d’armes où est exposée une collection d’armes anciennes et d’armures. Terminez la visite avec la chapelle, la cour intérieure et le grand bastion.

Dossier – Tout savoir sur le Panthéon




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/