La Place de la Madeleine : une place dans l’univers du luxe parisien

(Publié le 9 août 2020) (Mis à jour le: 9 août 2020)

Quand on séjourne à Paris, un tour sur la Place de la Madeleine s’impose. Elle se situe dans le 8e arrondissement de la capitale, dans l’un de ses plus luxueux quartiers. Nullement surprenant si son nom est connu mondialement. Un nom qui revient d’ailleurs fréquemment puisque la place borde la célèbre Eglise de la Madeleine. Oui, celle-là même qui a accueilli les funérailles de nombreuses personnalités publiques à l’instar de Johnny Hallyday, de Marlene Dietrich, de Tino Rossi, d’Edith Piaf, de Dalida et même de Frédéric Chopin. Et si nous découvrions ensemble cette place emblématique du chic parisien ?

Histoire de la place de la Madeleine

C’est en 1815 que la Place de la Madeleine a été formée autour de l’Eglise de la Madeleine. La construction de cette dernière débute en 1808 et bien qu’elle n’ait été achevée qu’en 1842, la place a tout de suite été aménagée tout autour.

Le 20 juin 1824, un nouveau réaménagement de la place a été ordonné pour l’ouverture de nombreuses voies qui débouchent sur la place. Cette ordonnance a exigé :

  • La mise en place d’une place de forme carrée autour de l’Eglise de la Madeleine. Les côtés de la place doivent être parallèles à celles du temple.
  • Le prolongement de la rue Royale pour qu’elle parte de la rue Saint-Honoré jusqu’à l’entrée principale de l’Eglise. La largeur de la rue prolongée devait être ramenée à 42 mètres.
  • L’ouverture de la rue Tronchet qui part de l’arrière-fond de la place jusqu’à la rue Neuve-des-Mathurins. Ce prolongement situé dans l’axe du monument devait avoir la même largeur que la rue Royale.
  • La mise en place du boulevard Malesherbes qui doit, comme le boulevard de la Madeleine, avoir le même angle et la même largeur de 43 mètres. Ce nouveau boulevard doit occuper l’espace entre le monument et la rue d’Anjou.
  • L’ouverture de deux autres rues : la première, la rue Chauveau-Lagarde, doit aboutir sur le boulevard Malesherbes et la seconde, la rue de Sèze, doit aboutir sur le boulevard de la Madeleine. Les deux doivent avoir une largeur de 10 mètres et se situent, de part et d’autre, le côté septentrional de la place. La première à gauche et la seconde à droite.

Pour que les plans puissent être réalisés, les riverains qui souhaitaient construire des maisons autour de la place devaient respecter l’alignement établi par le plan.

A l’origine, la place abritait deux fontaines, mais la première a cédé la place à la statue de Jules Simon tandis que la seconde a cédé la place au monument à Victorien Sardou.

Il faut savoir que l’aménagement de la Place de la Madeleine faisait partie d’un vaste projet qui comptait de nombreuses infrastructures d’urbanisme. Elle a d’ailleurs été formée durant la même période que la Place Louis XV, aujourd’hui baptisée Place de la Concorde. Voilà pourquoi cette dernière et celle de la Madeleine ont de grandes similitudes avec leurs multiples axes qui débouchent tous sur la place centrale.

Découvrez aussi :

Les caractéristiques de la Place de la Madeleine

Les caractéristiques de la Place de la Madeleine

La Place de la Madeleine a une forme rectangulaire et affiche des dimensions de 218 mètres de long sur 128 mètres de large. De nos jours, plusieurs voies y débouchent encore à savoir :

  • La rue Chauveau-Lagarde
  • La rue Tronchet
  • La rue de Sèze
  • Le boulevard de la Madeleine
  • La rue Royale
  • La rue Duphot
  • La galerie de la Madeleine
  • Le boulevard Malesherbes
  • Le passage de la Madeleine

Dès sa première édification, l’aménagement de la Place de la Madeleine répond au style d’urbanisme moderne qui se définit par un monument érigé au milieu d’une vaste place. Ce style caractérise aussi celui du Panthéon et du théâtre de l’Odéon.

L’Eglise de la Madeleine

L’Eglise de la Madeleine

Classée monument historique en 1915, l’Eglise de la Madeleine a été achevée en 1842, mais en réalité, il a fallu 85 ans pour qu’elle soit totalement terminée. Infrastructure monumentale au cœur du 8e arrondissement de Paris, elle se démarque par son style gréco-romain. Il faut reconnaître qu’avec ses 52 colonnes corinthiennes de 20 mètres de haut, on se croirait plus en Grèce qu’à Paris. L’église est longue de 108 mètres sur 43 mètres de large et 30 mètres de hauteur.

Le monument n’a pas été conçu pour servir d’église. Au tout début, Napoléon Ier voulait un temple grec pour rendre hommage à son armée. Ce n’est qu’en 1845 qu’il est devenu une église même si l’ensemble était assez complexe.

En effet, contrairement aux grandes églises que l’on rencontre partout, celle de la Madeleine n’avait pas de parvis. Sur la droite de l’entrée, on retrouve un dégagement, mais assez difficile d’accès avec les embouteillages qui règnent dans le secteur. Pourtant, l’église a toujours été le lieu de grands rassemblements et divers grands évènements. Elle a accueilli les funérailles de nombreuses personnalités dont celles de Johnny Hallyday en 2017 (les plus récentes) et celles de Frédéric Chopin dès 1849 (la première personnalité à y avoir eu ses funérailles). Entre les deux, on cite Mistinguett, Edith Piaf, Tino Rossi, Joséphine Baker, Henri Salvador, Charles Trenet, Dalida …

Vu l’importance que l’église occupe, un réaménagement de la Place a été entamée en 2017. Les objectifs :

  • Agrandir l’espace dédié aux piétons
  • Instaurer plus d’espaces verts
  • Rendre les lieux plus conviviaux

Les travaux ont pris fin en 2019 et a redonné une toute nouvelle dimension à la Place de la Madeleine.

Le renouveau de la Place de la Madeleine

Le renouveau de la Place de la Madeleine

Le projet de réaménagement de la Place de la Madeleine est né en 2015-2016. De nombreux acteurs y ont contribué et ont fait partie du collectif Les MonumentalEs. Pour mener les travaux, l’association avait un mot d’ordre : être économe en matériaux. C’est dans cet esprit que les nouveaux mobiliers installés sur la place actuelle ont été fabriquées avec des matériaux recyclés.

Ce renouveau cadre avec la volonté de la Ville de Paris de rendre hommage à un grand homme : Jean-Charles Adolphe Alphand. Ce dernier est souvent éclipsé par le baron Haussmann et pourtant, lui aussi a contribué à donner tout son charme à la capitale française. C’est à lui qu’on doit le bois de Vincennes, le bois de Boulogne, le parc des Buttes-Chaumont, le marc Montsouris, le parc Monceau et le square des Batignolles. Il est d’ailleurs surnommé le père des espaces verts de Paris. Il est aussi l’inventeur des mobiliers urbains qu’on retrouve dans les endroits cités ci-dessus.

Durant les améliorations, les mobiliers, dont les fameux bancs Alphand, ont aussi été liftés. Ils gardent toujours le même style avec leurs dossiers en bois, leurs assises et leurs pieds métalliques ornés, mais ils affichent désormais des courbes plus modernes. En effet, on retrouve aujourd’hui des bancs circulaires qui entourent les rangées d’arbres plantées de part et d’autre l’église. Certains sont même pourvus de tables pour pouvoir pique-niquer en plein centre-ville. En tout, 14 bancs ont été installés.

Les autres améliorations apportées à la Place de la Madeleine

Suite au nouveau réaménagement, on trouve les changements suivants sur la Place de la Madeleine :

  • Un parvis plus vaste
  • Des trottoirs qui s’étendent dans le prolongement de la rue Royale et du débouché des boulevards
  • Une aire piétonne plus vaste : d’un côté, il y a les contre-allées qui sont désormais des aires piétonnes et d’un autre côté, il y a les triangles qui ont également été transformés en aire piétonne. Le trottoir ouest a également été élargi à 7 mètres et de nouvelles traversées piétonnes ont été mises en place
  • Une végétation plus marquée au niveau des pieds d’arbres situés sur les triangles sis au sud de la place
  • De nouveaux platanes (11 pieds) ont été plantés pour mieux souligner les alignements à l’est et à l’ouest de la place. Au pied de ces arbres, des bancs et des tables ont été mis en place au grand bonheur des piétons
  • La mise en place d’une nouvelle piste cyclable à double sens sur le parvis sud et d’une nouvelle bande cyclable au nord. Au niveau des barreaux ouest et est, les larges couloirs de bus sont ouverts aux cyclistes. Et pour que ces derniers puissent également faire une halte sur la Place de la Madeleine, quatre espaces dédiés ont été créés englobant, dans leur ensemble, un total de 81 places de stationnement.
  • La mise en accessibilité de la place avec diverses infrastructures : un fil d’Ariane pour guider facilement les personnes malvoyantes, un sol repris en pentes douces à certains endroits et au niveau des traversées piétonnes du parvis sud pour le confort des personnes à mobilité réduite et la mise en place d’une rampe d’accès à l’ascenseur de l’église au niveau de la contre-allée ouest.
  • La mise en place de nouvelles dessertes pour les bus : deux arrêts à est de la place et sur le boulevard de la Madeleine pour les cars de tourisme, trois arrêts de bus dont un à l’ouest pour les bus 42, 45,52 et 94, un à l’est pour les bus 42, 45, 52, 84 et 94 et un au sud-ouest pour la ligne 84. Il est ainsi plus facile de s’y rendre même pour les nouveaux arrivants en ville. Pour les habitués, notez que les bus 42 et 52 ne passent plus sur la rue de la Sèze, mais empruntent le boulevard de la Madeleine.

De nos jours, la Place de la Madeleine est vraiment une zone de repos et de découverte pour les piétons. Elle compte plus de 345 m² d’espace végétalisé et 4 500 m² d’espace dédié aux piétons.

Les bâtiments incontournables de la Place de la Madeleine

Les bâtiments incontournables de la Place de la Madeleine

Outre l’église au nom éponyme, la Place de la Madeleine est, comme nous l’avons souligné dès le début, au cœur de l’un des quartiers les plus chics de Paris. Elle est d’ailleurs bordée par de nombreux bâtiments remarquables et lieux de mémoire. Parmi eux, il y a les :

  • N°2 qui a abrité, au début du 20e siècle, le célèbre restaurant Durand fréquenté par des politiciens et autres personnalités comme Jean Jaurès ou encore Emile Zola
  • N°3 : c’est là que le célèbre styliste Nino Cerruti a installé sa maison de couture en 1967
  • N°7 : il a été la demeure de nombreuses personnalités comme Jules Simon, Amédée Thierry ou encore Henri Meilhac. Aujourd’hui, il abrite le magasin de l’orfèvre Odiot
  • N°9 : il abrite la galerie de la Madeleine, un passage couvert qui relie la place de la Madeleine à la rue Boissy-d’Anglas, l’ancienne demeure de Jean Cocteau et le restaurant Lucas-Carton, aujourd’hui restaurant Senderens du nom de son nouveau propriétaire, le chef Alain Senderens
  • N°11 : il abrite aujourd’hui la boutique Baccarat
  • N°16 : bien qu’il abrite le lavatory Madeleine, les latrines publiques, le bâtiment a été inscrit monument historique en 2011
  • N°17 : l’écrivain André Rivoire y a vécu et aujourd’hui, il abrite la maison de thé Mariage Frères
  • N°21 : il abrite le passage de la Madeleine, anciennement passage de la Ville-l’Evêque et l’épicerie fine Hédiard
  • N°28 : il abrite la Pinacothèque de Paris

Et ils ne sont pas les seuls points d’intérêts…

Place de la Madeleine : un haut-lieu du luxe et de la gourmandise

Place de la Madeleine : un haut-lieu du luxe et de la gourmandise

Outre les bâtiments historiques et autres lieux de mémoire qui entourent la place, le quartier de la Madeleine est aussi un haut-lieu de la gourmandise et du luxe. Durant votre visite, prenez le temps de vous arrêter chez :

  • Ladurée pour déguster ses célébrissimes macarons
  • Maille pour acheter un de ses pots de moutardes mondialement connus
  • Le chocolatier alchimiste Patrick Roger pour contempler ses sculptures cacaotées ou, mieux encore, vous offrir une dégustation chocolatée
  • Kaspia, c’est l’une des plus importantes institutions du caviar en France et même, le pionnier de la culture caviar dans l’Hexagone
  • Fauchon pour goûter à ses confiseries, son foie-gras ou encore ses grands crus
  • La Maison de la Truffe pour goûter au diamant noir de la gastronomie française à savoir la truffe. Dans cette boutique, il se déguste sous différentes déclinaisons toutes savoureuses les unes des autres
  • Pierre Hermé, considéré comme le meilleur pâtissier au monde. Comment résister à ses gâteaux qui vous font de l’œil ?
  • Café Pouchkine : c’est un petit bout de la Russie implanté au cœur du 8e arrondissement parisien. Ici, on goûte aux spécialités russes, mais aussi des spécialités françaises
  • Hédiard : produits exotiques et produits orientaux s’y côtoient dans un cadre luxueux. Sachez que son propriétaire, Ferdinand Hédiard a ouvert sa boutique dès 1870 donc c’est une institution à ne pas rater
  • Mariage Frères : c’est un salon de thé luxueux qui a été fondé en 1854 par Edouard Mariage et les frères Henri. Voilà qui explique son nom, car on a tendance à penser qu’il s’agit d’une boutique dédiée au mariage. On y déguste différentes variétés de thé et on y découvre toutes sortes d’objets pour préparer le breuvage
  • Bernardaud : ici, il n’y a plus rien à déguster, du moins pour la bouche. Ce sont les yeux qui en prennent plein la vue avec les nombreuses pièces en porcelaine que la boutique propose. Un petit souvenir vous tente ?

Et si vous avez encore du temps pour flâner dans les rues de Paris, retenez que la Place Vendôme avec ses joailleries, ses orfèvreries, ses horlogeries ou encore le faubourg Saint-honoré sont aussi d’autres incontournables de la capitale.





Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/