Bois de Vincennes : le jardin d’Eden de Paris ?

(Publié le 15 novembre 2021) (Mis à jour le: 15 novembre 2021)
4.7/5 - (3 votes)

Lorsqu’on pense à la capitale française, on l’imagine bruyante, couverte d’immeubles et de grands magasins, scène omniprésente d’une circulation dense et d’une forte affluence de touristes. Il est vrai que dans certains arrondissements, cette image typique des grandes villes demeure. Toutefois, dans certains endroits, comme dans le 12e arrondissement, on se retrouve dans un lieu bucolique où la nature semble avoir repris ses droits. Vous savez à quel lieu on pense ? Le Bois de Vincennes, bien sûr !

Le Bois de Vincennes, terrain de chasse de la royauté

Le Bois de Vincennes, terrain de chasse de la royauté

Autrefois, toute la surface qu’occupe le Bois de Vincennes était recouverte de forêt. Les zones aujourd’hui encore arborées sont toujours issues de cette forêt antique. Comme le sol était impropre à la culture, personne n’a eu l’idée de la raser et heureusement, car on peut aujourd’hui être fier d’avoir ce vaste espace vert à Paris. Avec le Bois de Boulogne, il est l’un des deux poumons vert de la ville.

Au cours du 11e siècle, lorsque Hugues Capet s’installe sur l’île de la Cité, il fit de ce bois son terrain de chasse. Les rois de France ont ensuite maintenu cette tradition et sous Philippe Auguste, une enceinte de 12 km a été érigée tout autour. Dans les alentours du terrain, de nombreux châteaux, dont le château de Vincennes, ont été construits.

Lorsque Louis XIV accède au pouvoir, il délaisse ce bois au profit de Versailles. Il a fallu attendre Louis XV pour que le Bois de Vincennes soit à nouveau entretenu et même aménagé pour accueillir le grand public. Les premières allées furent tracées à cette époque.

Découvrez aussi :

Le bois de Vincennes, de zone d’entraînement militaire à parc public

Au cours de la Révolution française, le bois de Vincennes a été saisi pour devenir une zone d’entraînement militaire. Heureusement, cela n’a duré qu’un temps, mais durant leur occupation, l’armée a eu le temps d’y ériger une cartoucherie, des casernements, un polygone de tir … Elle a dû défricher 166 hectares du terrain pour construire ces édifices.

Après la révolution, Napoléon III ordonne à ce que le bois soit aménagé en parc public. A la tête du projet, on retrouve l’ingénieur Adolphe Alphand et l’architecte Jean-Pierre Barillet-Deschamps. Dès cette époque, le bois de Vincennes, situé à l’est de Paris, devait être le contrepoint du bois de Boulogne, situé à l’ouest de la Ville. La conception de ce parc, pour Alphand, complète les autres parcs situés aux quatre points cardinaux de la capitale.

Les premières esquisses adoptent un style de jardins anglais avec un réseau de lacs, des rivières et de nombreuses variétés d’arbres et de fleurs.

En 1860, Napoléon III déclare le bois de Vincennes, propriété de la Ville de Paris même si à cette époque, le parc se situait encore sur le territoire de nombreuses communes. Ce n’est que suite aux décrets du 18 avril 1929 qu’il a, officiellement, été rattaché au 12e arrondissement de Paris. Le château de Vincennes, par contre, a été restitué à la commune de Vincennes en 1934.

Pour information, c’est la commune de Vincennes qui a pris le nom du parc lorsqu’elle a vu le jour après la Révolution française.

A partir de 1930, la ville de Paris continue d’aménager et d’entretenir le Bois de Vincennes. De nombreuses routes, autrefois ouvertes, ont été fermées à la circulation automobile pour être exclusivement réservées à l’usage piéton et cycliste. La majorité des anciens édifices a été conservée, mais affrétée à d’autres activités.

Où se situe le Bois de Vincennes ?

Le Bois de Vincennes se situe à l’est de Paris, dans le 12e arrondissement. Il est bordé, au nord, par la ville de Vincennes, mais cette dernière n’est pas la seule commune limitrophe. En partant de Paris et d’ouest en est (dans le sens des aiguilles d’une montre), on trouve Saint-Mandé, Vincennes, Fontenay-sous-Bois, Nogent-sur-Marne, Joinville-le-Pont, Saint-Maurice et Charenton-le-Pont.

Avec une superficie d’environ 10 km², 995 hectares pour être précis, il est le plus vaste espace vert de la Capitale. A son opposé, le Bois de Boulogne est vaste de 8,46 km². Et comparé à d’autres parcs à travers le monde, il reste plus vaste que le Central Park new-yorkais qui ne mesure que 3,41 km² et le parc londonien, le Richmond Park qui mesure 9,55 km². L’un des seuls espaces verts à le dépasser est le parc municipal de Los Angeles qui mesure 17 km². Ce dernier est considéré comme le plus vaste parc municipal au monde.

Les lacs du bois de Vincennes ?

Les lacs du bois de Vincennes ?

A première vue, le Bois de Vincennes semble être entièrement boisé, mais lorsqu’on y entre, une grande surface a été rasée pour faire place à divers édifices. Quoi qu’il en soit, environ 500 hectares sont toujours boisés.

A part la forêt, le lieu abrite quatre lacs alimentés par un réseau de ruisseaux. Il s’agit de :

Lac Daumesnil

Situé à l’extrémité ouest du  parc, c’est le plus grand lac du parc. Avec une superficie de 12 ha, deux îles y baignent. Elles sont accessibles grâce à des ponts en suspension. Sur ses rives, on trouve le temple tibétain de Kagyu-Dzong et la pagode de Vincennes. Le lac est alimenté par le ruisseau de Gravelle. Ses berges sont des lieux de promenade très appréciés. Un chemin a d’ailleurs été aménagé autour du lac, baptisé la promenade Maurice-Boitel, pour pouvoir marcher ou courir aux abords du lac. Ceux qui préfèrent le calme opteront pour la location d’une barque à rame pour s’isoler au milieu du lac.

Le lac Daumesnil doit son nom au général Pierre Daumesnil. Ce dernier a défendu le château de Vincennes en 1814-1815.

Voici ce qu’on peut faire et trouver sur ses deux îles :

  • l’île de Reuilly :

Un pont en suspension la relie à la promenade Maurice-Boitel, sise sur les berges sud-est du lac. Sur sa rive ouest, le pont mène vers l’île de Bercy. D’une superficie de 2,5 ha, cette île artificielle a été créée lors de l’aménagement du lac Dausmenil. Un petit sentier a été aménagé tout autour de l’île pour permettre aux gens de s’y promener. Ce sentier est appelé « route des îles ».

On y trouve également une grotte ainsi qu’une cascade, toutes deux artificielles et conçues en 1860 par l’architecte Gabriel Davioud. Au-dessus d’elles, on peut voir un kiosque romantique, inspiré du temple de Vesta de Tivoli à Rome (Italie).  Sur sa partie ouest, l’île abrite un chalet suisse qui accueille aujourd’hui le restaurant « le Chalet des îles Daumesnil ». A l’origine, il a été créé par la mairie de Paris pour accueillir l’exposition universelle de 1867.

Sur sa partie nord-ouest, on trouve un parcours de minigolf. Comme sa sœur jumelle, l’île de Bercy, l’île de Reuilly est administrativement rattachée au quartier du Bel-Air. On parle d’îles jumelles, car les deux ont une forme de haricot et sont à peu près de la même taille.

  • l’île de Bercy :

Avec une superficie d’environ 2 ha, l’île de Bercy a été créée en même temps que le lac Dausmenil et l’île sœur. Bien qu’elle soit rattachée au quartier du Bel-Air, elle doit son nom au quartier voisin, Bercy.

Contrairement à l’île de Reuilly, elle n’est pas rattachée directement aux berges du lac. Pour y aller, il faut d’abord se rendre sur Reuilly puis traverser le pont en suspension qui relie les deux îles. Un sentier a été aménagé pour faire le tour de l’île, mais celui-ci n’est pas accessible aux véhicules motorisés, contrairement à la route des îles.

Les principaux atouts de l’île de Bercy résident dans sa flore puisqu’on y trouve de nombreux arbres remarquables. Il y a, par exemple, un platane commun qui a été planté en 1860 et qui, en 2011, avait une circonférence de 4,05 m. On y trouve aussi un if commun, des cyprès chauves, un tulipier de Virginie et un plaqueminier de Virginie.

Lac des Minimes

Situé au nord-est du parc, ce lac artificiel alimenté par la rivière de Joinville, abrite trois îles. Il y a :

  • l’île de la Porte Jaune
  • l’île du Nord
  • l’île du Sud

Parmi elles, seule l’île de la Porte Jaune est accessible par un pont et est ouverte au public. En arrivant dessus, on y découvre un grand chalet qui a été construit au temps de Napoléon III. De nos jours, on y organise des mariages et des séminaires.

Les deux autres îles sont réservées à l’épanouissement de la faune et de la flore sauvages. Elles sont interdites d’accès et représentent le seul espace réellement naturel au sein de la ville de Paris. Elles abritent de nombreuses espèces d’oiseaux tels que le héron cendré, la foulque macroule, le canard colvert, le grand cormoran, le grèbe huppé, le cygne tuberculé …

Sur sa partie occidentale, le lac prend des allures de fleuve tandis que sa partie orientale nous fait penser à une rivière où se jettent des petites cascades.

Sur la rive ouest du lac, on trouve deux pavillons néo-Louis XIII cernés d’un jardin à l’anglaise. Les rives du lac font également des lieux de promenade très agréables. A certaines périodes, on peut y rencontrer quelques pêcheurs venus s’adonner à la pêche à la ligne sur le lac. Il faut dire qu’il est assez poissonneux et abrite de nombreuses espèces.

Lac de Saint-Mandé

Avec une superficie de 1,5 ha, cet étang est entouré d’un jardin à l’anglaise. On le trouve dans la partie nord-ouest du parc. Une île a été aménagée en son centre, mais celle-ci n’est accessible qu’aux oiseaux.

Sur ses berges, on retrouve toujours l’ancien pavillon de chasse de Napoléon III. Baptisé Chalet du lac de Saint-Mandé, celui-ci a été transformé en guinguette pour accueillir diverses festivités.

Même en dehors d’un évènement festif, les rives du lac Saint-Mandé sont un lieu de promenade très fréquenté les dimanches. Des manèges en surplomb y ont été aménagés ainsi que divers espaces de jeux pour les enfants et un théâtre de marionnettes. On peut aussi y faire des promenades en poneys. La pêche et le canotage sur le lac y sont, par contre, interdits.

Lac de Gravelle

D’une superficie d’1 ha, il est le plus petit lac du Bois de Vincennes. On le trouve au sud-est du parc. Il n’abrite aucune île et sert de réservoir aux autres lacs.

Que voir et que faire au Bois de Vincennes ?

Que voir et que faire au Bois de Vincennes ?

Outre les activités rattachées aux lacs, le Bois de Vincennes accueille de nombreuses autres installations.

Le château de Vincennes

Classé monument historique, le château de Vincennes abrite le Service historique de la défense et le Service départemental de l’architecture et du patrimoine. La bâtisse a été construite entre le 14e et le 17e siècle. Avec son donjon de 52 mètres, il est le plus grand château fort royal qui subsiste encore en France.

Le Parc floral

Ouvert en 1969, ce jardin offre un réel dépaysement aux promeneurs. Etabli sur près de 35 ha, les jardins japonais y prédominent. Au milieu des parterres fleuris, on découvre des sculptures ici et là. Une forêt de pins et de chênes donne de l’ombre aux promeneurs, une imposante fontaine signée François Stahly a été érigée au-dessus du bassin principal et devant le jardin de dahlias, on trouve La Montagne de Vito Tongiani. Une pinède provençale y a également été aménagée.

Besoin de conseils pour aménager votre jardin ?

Ce parc floral a été aménagé non loin du château de Vincennes, juste au cœur du Bois. Il est labellisé « Jardin botanique de la Ville de Paris ». Il fait partie des quatre seuls espaces verts de la capitale à avoir réussi à décrocher ce titre. En été, des concerts de jazz y sont organisés.

Le bois équestre

Savez-vous qu’au Bois de Vincennes, on peut très bien se promener à cheval ou en poney ? Mais au-delà de nos promenades de dimanche, sachez que le parc abrite aussi un centre équestre, l’Hippodrome de Paris. La bâtisse a été construit en 1863 et elle accueille de nombreux évènements hippiques tels que le Grand Prix d’Amérique ou encore le Grand Prix de France. Des paris hippiques y sont souvent organisés.

Dans cette partie du Bois, au lieu-dit Quartier Carnot, on trouve la caserne de la Garde Républicaine. On peut d’ailleurs y faire une visite.

L’arboretum de Paris

Il est géré par l’Ecole de Breuil et est, comme le parc floral, labellisé jardin botanique de la ville. Pour le visiter, on met le cap vers le sud-est du Bois, juste à proximité de l’hippodrome.

Etablit sur un terrain de 12 ha, il occupe un ancien terrain militaire que la Ville de Paris a acheté e, 1936. Dans cette partie du parc, on plonge dans un univers bucolique où les grands arbres remarquables (une cinquantaine environ) font de l’ombre à une mare très prisée des canards. On y trouve également une petite rivière au-dessus de laquelle on peut se promener grâce à des ponts.

Outre les arbres remarquables, l’Ecole de Breuil a intégré plus de 800 espèces d’arbres différents au sein de l’arboretum. Elles proviennent de différents continents.

L’ancienne Cartoucherie

Construite au temps de la Révolution française par l’armée, l’ancienne cartoucherie a été transformée en lieu de création théâtrale par Ariane Mnouchine. Différentes troupes se partagent les quelques théâtres s’y situant tels que le Théâtre du Soleil, le Théâtre de la Tempête, l’Aquarium et le Théâtre de l’épée de bois.

Depuis quelques années, la chorégraphe Carolyn Carlson a aussi décidé de rejoindre les lieux en y ouvrant son atelier.

Le jardin d’agronomie tropicale

Situé à l’extrémité est du Bois, le jardin d’agronomie tropicale abrite de nombreux édifices. Parmi eux, on trouve des pavillons datant de l’exposition coloniale de 1907. La majorité d’entre eux affiche un style asiatique.

A part les pavillons, on y trouve également l’esplanade du Dinh et le pont Khmer. Ce dernier abrite un monument aux Cambodgiens et Laotiens morts pour la France. Cette partie du Bois est idéal pour plonger dans le monde asiatique.

Le temple Kagyu Dzong

Situé sur les rives du lac Daumesnil, ce temple abrite un trésor inestimable : le plus grand Bouddha d’Europe. Entièrement conçu en or, il fait régner au sein du temple un silence sacré. C’est un lieu propice à la méditation et ses façades colorées affichant les « 4 Nobles Vérités » citées par Bouddha nous change un peu des façades haussmanniennes de la ville.

Loin du bruit et des tumultes de la ville, on y vient pour se ressourcer et pour trouver la sérénité.

L’espace naturiste

Oui, un espace naturiste a bien été aménagé au sein du Bois de Vincennes. Si vous êtes adepte de cette culture, vous serez le bienvenu sur place. Notez que même si vous venez vêtu, vous ne serez pas chassé des lieux, mais attention, des règles de conduite doivent être respectées.

Ouvert surtout en été, ce lieu dédié au nudisme connaît un franc succès chaque week-end.

La ferme de Paris

Située près de l’hippodrome, la ferme de Paris est une ferme pédagogique et environnementale. Créée sur l’initiative de la mairie de Paris, elle est ouverte au public.

C’est un dénommé Georges Ville qui a eu l’idée de créer cette ferme. A l’origine, l’agronome voulait seulement démontrer, sur ces lieux, que la fertilisation des sols pouvait permettre d’accroître les rendements. Les autres agronomes ont toutefois essayé de lui faire barrage, car l’homme était proche de Napoléon III.

Malgré les tentatives de mettre fin à ses projets, il réussit à partager ses techniques et a même ouvert des champs scolaires. Sous le Second Empire, divers bâtiments y furent érigés et y sont toujours sur pied.

En 1989, Jacques Chirac, alors maire de la Ville de Paris, décide de racheter la ferme pour encourager les Parisiens à découvrir le travail de la terre.

Le vélodrome Jacques-Anquetil

Ce vélodrome a été inauguré en 1896 et a accueilli les Jeux Olympiques de 1900 et de 1924. Il a été rattaché au Bois de Vincennes et à la ville de Paris en 1929. Rénové¸ il a été rouvert en mai 2015. Il abrite l’une des seules pistes au monde à être conçue en béton armé continu sans joint. Ses tribunes, datant de la fin du 19e siècle ont été conservées.

Découvrez les autres pistes cyclables en France

Le vélodrome a été rebaptisé vélodrome Jacques Anquetil en 1987. Avant cela, on l’appelait tout simplement la Cipale.




Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/