Art poétique

(Publié le 14 février 2010) (Mis à jour le: 15 janvier 2016)
Je fis ce masque pour mes frères
Avec l’or que j’avais volé
Dieu des chanteurs, ami sévère
A ma vieille sincérité.

Que leurs dédains m’ont réjoui !

– Toute ma vie agenouillée.
Un dieu s’y est épanoui
Comme une rivière emportée.


On peut revivre ! On peut se taire…

Ô éternité sans recours
Selon ta flamme solitaire
Ma lyre a dit ce mot d’amour.

Notre mère la ville
Odilon-Jean Périer

Art poétique Notre mère la ville Poésies Odilon-Jean Périer

 Poésies Odilon-Jean Périer - Notre mère la ville - Art poétique -  Je fis ce masque pour mes frères Avec l'or que j'avais volé



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/