Arrêt

(Publié le 19 novembre 2006) (Mis à jour le: 8 mai 2014)

L'obscurité descend

Petit à petit

Comme une pluie

De verre pilé

Une araignée monte

Le long de la paroi 

On dirait qu'elle grandit

A mesure qu'elle s'approche

Du plafond brun foncé

Du compartiment

Le train vient de s'arrêter 

En rase campagne

En face de moi

Un mutilé de guerre

Grave et silencieux

Paraît évaluer

La distance qui nous sépare du bois

Et des champs qui rosissent

Derrière le ruisseau

Sous le soleil couchant

Le monde lui paraît plus tendre

Qu'à moi

Dans son visage je crois

Apercevoir soudain

Un léger frémissement

© Jacques Herman – 2006




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/