Après midi d’été

(Publié le 12 mars 2006) (Mis à jour le: 12 mars 2006)

Le chemin le long des champs de blé s’estompe dans le lointain.

Des rires, des fous rires montent de sous les arbres avec entrain.

 

L’après midi s’attarde, il fait bon sous les frondaisons.

Une après midi d’éternité,

Oui, le temps s’est arrêté

Le temps serpente, lézarde,  il fait bon sous les fenaisons

 
Au loin gronde le tonnerre,

Sur cette parcelle de terre

Un Moment fugace,

Ou rien ne se passe.

 S’arrêter même de respirer, contempler

Les couleurs de l’arc s’amonceler

Les rayons du soleil s’accumuler

S’oublier, un instant, et laisser étinceler.

 
Il faut se dépêcher, se rapproche dans un bruit d’enfer,

Lutte des éléments, le pot de terre contre le pot de fer.

 
Tout va se casser, car rien ici n’est parfait.

Hélas l’homme ne comprend rien, et fait

Que détruire !

Et introduire

                        Le mal !

 
Le mal est partout ou il passe.

Malheur, avec lui, tout trépasse.

  

Eric




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/