1

Anatole Le Braz, histoire et biographie de Le Braz

Rating: 5.0/5. From 1 vote.
Please wait...
(Dernière mise à jour : 24 juin 2016)

Anatole Le Braz

Anatole Le Braz, de son vrai nom Anatole Jean François Marie Lebras1, est né le 2 avril 1859 à Saint-Servais dans la région des Côtes-d’Armor et est décédé le 20 mars 1926.

C’est un folkloriste français d’origine bretonne. Il a contribué énormément au mouvement régionaliste qui s’est déclenché en Bretagne à la fin du 19ème  siècle et il fut nommé chevalier de la Légion d’honneur.

Anatole Le Braz

Anatole Le Braz

Anatole Le Braz

Statue d'Anatole le braz


Anatole Le Braz obtient un poste de professeur de lettres au lycée de Quimper, cette nomination déclenchera sa vocation littéraire. Il s’attache à recueillir et collecter la tradition bretonne, avec par exemple, les chansons populaires bretonnes.

poésie et poèmes d’anatole Le Braz

Vie d’Anatole Le Braz

Anatole Le Braz est né de Jeanne Le Guiader et Nicolas Lebras. Son père était un instituteur en Bretagne. Il a appris de son père comment écrire et parler en breton.

Il a rejoint le lycée impérial de Saint-Brieuc aux Côtes-d’Armor, actuellement ce lycée porte le nom de Le Braz. Ses vacances, il les passait souvent dans le Trégor. Ces récits et ses œuvres montrent énormément son influence sur l’esprit du jeune garçon à l’époque.

Il entame des études supérieures à l’université des lettres à Paris. Pendant ce temps il travaille comme répétiteur au Lycée Saint-Louis à Paris. Il obtint son diplôme de lettres en 1880 et commence à préparer une agrégation de philosophie qui est restée inachevée à cause de sa maladie.

Dans les années qui suivent, Le Braz réussit à obtenir un poste de professeur de lettres au lycée de Quimper., nomination qui déclenche sa vocation littéraire.

Anatole Le Braz

Anatole Le Braz

C’est à cette période qu’il commence à collecter les chansons populaires bretonnes avec son collègue François Marie Luzel et entame des enquêtes avec les habitants de la région pour découvrir les légendes et les mythes populaires de la région.

Le résultat de cette quête a été publié par Luzel en 1890 sous le titre de Soniou Breiz-Izel. Cette publication a connu un grand succès et reçoit le prix Thérouanne. Le Braz encouragé par le succès de  l’ouvrage
de son ami, il décide de publier La Légende de la Mort chez les Bretons armoricains, Les Saints bretons d’après la tradition populaire et Au Pays des pardons.

Il publie également la première version manuscrite de l’autobiographie de Jean-Marie Déguignet. Le Braz réussit à obtenir le consentement de l’administration du lycée et commence un cours de breton. En cette même année, il déclare son mariage avec Marie Le Guen, qui lui donnera deux filles et un fils.

Il fut élu en 1898 le président de l’Union régionaliste bretonne et dirige la délégation des 21 bretons qui se rendent à l’Eisteddvod de Cardiff et reçoit l’investiture comme barde, sous le nom de Skreo ar Mor. Une année après, il rejoint l’Association des Bleus de Bretagne.

Le Braz

Le Braz

En 1901, Le Braz fut nommé maître de conférence, et ensuite professeur à la faculté des Lettres de Rennes où il va rester jusqu’en 1924. Il soutient en 1904, sa thèse sur la Bretagne, le romantisme et sur le théâtre celtique.

Le Braz a été énormément marqué par le naufrage de son père, sa belle-mère et ses quatre sœurs dans l’estuaire de la rivière de Tréguier, ainsi que la mort de son épouse quelques temps après.

Pendant la période qu’il a resté à Rennes, il fut chargé de plusieurs missions d’enseignement hors la France particulièrement en Suisse et aux États-Unis où il donne des conférences sur la littérature française et sur la Bretagne.

Lors de l’inauguration du monument symbolisant l’union de la Bretagne à la Franc, en 1911, il prononce un discours en breton. Ce monument qui a été placé sur la façade de l’hôtel de ville de Rennes était en fait contre les réclamations des autorités de la région.

Lorsque la Première guerre mondiale s’est déclenchée, Le Braz était aux Etats Unis. Il a perdu son fils en au front.  A la fin de la guerre, il retourne enseigner à Rennes, mais déjà atteint par la maladie, il décide de prendre sa retraite.

Le 3 septembre 1921, il épouse Mary Lucinda Davidson, et il retourne enseigner comme conférencier sur la Bretagne dans le pays de son épouse.

En 1926, Anatole Le Braz s’éteint suite à une congestion cérébrale à Menton. Il fut inhumé à Tréguier.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/