Agrippa d’Aubigné, histoire et biographie d’Aubigné

(Mis à jour le: 22 juillet 2016)
Evaluer cet article

Théodore Agrippa d’Aubigné est un poète et diplomate français. Il est né le 8 février 1552 au château de Saint-Maury dans une région proche de Pons, en Saintonge, et est décédé le 9 mai 1630 à Genève.

Il a fait partie des poètes protestants de France et il était très proche d’Henri IV.

Theodore Agrippa d’Aubigné

Theodore Agrippa d'Aubigné

Jeunesse et études

Théodore Agrippa d’Aubigné est le fils d’un juge appelé Jean d’Aubigné. Ce dernier descend d’une famille de roturiers. Sa mère s’appelle Catherine de l’Estang et elle provient d’une lignée de gens de la petite noblesse. Elle meurt en couche en donnant naissance à son fils Agrippa. Ce sera d’ailleurs de cet événement tragique que le nom du nouveau-né sera issu : Agrippa ou « aegre partus » faisant référence à une naissance difficile.

Il a était élevé dans la religion calviniste. Âgé de 10 ans, Théodore est placé dans une pension appartenant à l’humaniste Mathieu Béroald à Paris afin de pouvoir étudier le latin, le grec et l’hébreu. Lorsque la première guerre de religion commence, deux mois plus tard, Agrippa et son maître sont contraints de fuir Paris. Ils sont arrêtés, mais parviennent à s’échapper pour atteindre Montargis puis Orléans. Agrippa participe, peu de temps après au siège d’Orléans.

À la mort de son père, il est emmené et assiégé par le duc de Guise.  En 1565, d’Aubigné est envoyé à Genève afin de poursuivre ses études. Deux ans après, la deuxième guerre de religion en France se déclenche. Il combat en faveur des protestants en participant à toutes les batailles ainsi qu’aux tentatives de paix.

En 1572, lors des massacres de Paris, Théodore ne se trouve pas sur les lieux, toutefois, il relatera dans son ouvrage Les Tragiques ce qu’il y découvre à son retour.

Agrippa et le roi Navarre

Vers 1573, Théodore fait la connaissance du jeune roi de Navarre, le futur Henri IV. Théodore est nommé écuyer en 1573. Après une première tentative d’invasion avec Navarre qui a échoué, Théodore est obligé de servir la royauté catholique en combattant les protestants. Finalement, il participera à la fuite du roi, le 4 février 1576.

Cependant, la situation politique et religieuse instable du pays séparera le poète du roi. En effet, Aubigné prend à cœur le sort des protestants tandis que selon lui, le roi accorde trop de privilèges aux catholiques. Le poète prend sa retraite une première fois vis-à-vis d’Henri IV en 1577. Il revient à son service deux ans plus tard, mais se met à dos la reine Marguerite de Valois ainsi que Diane d’Andoins, la maîtresse du roi.

Ses distinctions militaires et à la Cour

Agrippa reprend les armes au service du roi Henri IV pendant les années 1580. Grâce à ses victoires, il est promu au titre de maréchal de camp en 1586. Il devient ensuite gouverneur d’Oléron et de Maillezais puis vice-amiral en Guyenne et en Bretagne.

Théodore se retire par la suite de la politique aux Landes-Guinemer. Ses aspirations religieuses reprennent le pas sur sa retraite lorsqu’en 1588, il devient le numéro un du parti protestant contre le roi. Peu à peu, les conflits s’intensifient entre les deux hommes qui finissent par rompre définitivement leur relation en 1593 lors de l’adjuration du roi.

Après la mort d’Henri IV en 1610, Théodore quitte la Cour. En 1611, il est choisi pour diriger l’Assemblée des églises protestantes de Saumur.

AGrippa d'Aubigné

Les citations de Théodore Agrippa d’Aubigné

Exil et fin de vie

En 1620, Aubigné est obligé de partir de France pour s’installer à Genève. Son exil lui permet de publier une grande partie de ses œuvres avant sa mort le 9 mai 1630.

Sa vie privée

Agrippa se marie avec Suzanne de Lusignan de Lezay en 1583. Les deux époux auront un fils et deux filles. Lorsque sa femme meurt en 1596, il vit avec Jacqueline Chayer avec qui il aura un fils. Il épousera Renée Burlamacchi lors d’une seconde noce lorsqu’il est en exil à Genève, en 1623. Ironie du sort ou coïncidence, sa petite fille, Françoise d’Aubigné, fille de Constant, son premier fils épousera Louis XIV, petit-fils du roi Henri IV.

Ses œuvres

D’Aubigné est profondément impliqué dans la lutte contre le catholicisme. De cette conviction protestante naissent plusieurs ouvrages polémiques dont les plus connus sont Confession du Sieur de Sancy, Les aventures du baron de Faeneste ou encore Histoire Universelle.

Il est aussi attiré par la poésie et a une préférence pour les sonnets. Son recueil intitulé Le printemps est tout particulièrement connu, tout comme L’hécatombe à Diane qu’il écrit pour Diane Salviati, une ancienne amoureuse qu’il n’a pu épouser à cause de différences de religion.

Par ailleurs, ses romans sont remarqués par d’autres grands auteurs tels que Victor Hugo ou encore Jean Ferrat.




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/