À la lune

(Mis à jour le: 15 décembre 2015)
Quand la lune au ciel noir resplendit claire et ronde,
Le vers en mon cerveau comme une eau vive abonde.
Il coule naturel comme une source au bois,
Avec des sons fluets de flûte et de hautbois
Et, souvent, des accords doux et mélancoliques
D’harmonium plaintif et de vieilles musiques.
La lune verse au coeur sa blanche intimité
De rêve vaporeux où passe une beauté,
Et dans les chemins creux où la fraîcheur s’exhale
Ajoute aux flaques d’eau quelques mares d’opale,

Où l’on voit quelquefois se noyer éperdu
Un insecte ébloui dans de l’astre épandu.
Mais elle qui parait pour toujours endormie,
Apaisée à jamais dans la grande accalmie,
Est si puissante encor qu’elle émeut l’Océan
Et fait frissonner l’homme aussi dans son néant.
Elle rend plus hardis les jeunes gens timides
Et plus près de l’amour la vierge aux yeux candides.

Tu n’es pas morte, non ! chère clarté des soirs
Qui trembles sur les lacs comme sur des miroirs !
Et le cerf altéré qui boit à l’onde claire
En même temps que l’eau boit aussi ta lumière ;
Tu circules en lui comme un sang plus divin,
Car on n’absorbe pas de la splendeur en vain !

Le vaste ciel poudre d’étoiles d’or scintille.
Quelqu’un dans l’ombre, en bas, attend qu’un rêve brille.
La Lune bienveillante au sourire d’argent,
Aide en son pur labeur le poète songeant,
Et tendrement, le long de ses rayons sublimes,
Laisse glisser des vers chantants aux belles rimes.

O Lune ! quel mystère habite en ta clarté,
Et quel pacte te lie a notre humanité ?
Toi pour qui les anciens vivants eurent un culte,
Tu fais régner sur nous ton influence occulte ;

Et ton charme attirant fait même, comme un jeu,
Tourner les papillons des nuits dans ton feu bleu !

II
Quand tu parais, les soirs bénis, à ma fenêtre,
Ta lumière lointaine et vague me pénètre,
Et je me baigne en toi ! Transfigurant ma chair,
Tu me fais pur et beau, surnaturel et clair ;
Et je suis comme un dieu tout imprégné de lune,
Participant ainsi qu’un astre à la nuit brune !
Oh ! l’heure incomparable et la divine nuit !
Où donc l’amer chemin ? Où donc le morne ennui !
La souffrance est passée, et ma joie est profonde
De goûter ici-bas la paix d’un autre monde…
Je ne me livre pas au néant du sommeil,
Et j’attends l’heure triste où viendra le soleil…

III
Changeante Lune ! Un soir, au ciel couleur d’ardoise
Tu montas rouge ainsi qu’un énorme tison ;
Et petit à petit, en laissant l’horizon,
Tu pris une nuance exquise de turquoise.
Une autre fois, ce fut comme une boule d’or
Que masquait par moment un passager nuage ;
Et puis tu redevins la Lune au bleu visage,
La Lune habituelle et que je vois encor.

Un lourd après-midi de juillet, tu fus blanche
Comme une immense hostie apparue en l’azur ;
Tu fondis, tel un peu de neige au soleil dur,
Et l’on ne revit plus ta face qui se penche…

IV
Quand tu pleus en reflets sur les grands arbres verts,
Les oiseaux endormis que tu trempes d’opale
Doivent songer à Toi, Lune adorable et pâle,
Pénétrés de bien-être en leurs abris divers.

Leur petite âme frêle, inquiète et farouche,
Se pelotonne à l’aise en leurs chauds petits corps,
Quand tu luis; chaque oiseau craignant les mauvais sorts
Fait sa prière à Toi, Lune, quand il se couche.

Et tu veilles sur l’homme autant que sur le nid,
Du haut de ta demeure inaccessible et sombre ;
Car le mal, ce complice ordinaire de l’ombre,
A dû craindre souvent ton regard infini.

O Lune ! jusqu’à toi permets que je m’élève !
Je rampe plein d’ennui ! Jette-moi des rayons,
Que je m’en serve ainsi que de bleus échelons
Pour suivre dans l’éther, ton domaine, mon rêve !

 

L’âme solitaire

Albert Lozeau




Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/