A Adolphe Gaïffe

(Mis à jour le: 8 janvier 2016)
Evaluer cet article

Jeune homme sans mélancolie,
Blond comme un soleil d’Italie,
Garde bien ta belle folie.

C’est la sagesse ! Aimer le vin,
La beauté, le printemps divin,
Cela suffit. Le reste est vain.

Souris, même au destin sévère :
Et, quand revient la primevère,
Jettes-en les fleurs dans ton verre.

Au corps sous la tombe enfermé,
Que reste-t-il ? D’avoir aimé
Pendant deux ou trois mois de mai.

” Cherchez les effets et les causes “,
Nous disent les rêveurs moroses.
Des mots ! Des mots !… Cueillons les roses !

 

Odelettes

Théodore de Banville

A Adolphe Gaïffe Odelettes Poésie Théodore de Banville

 Poésie Théodore de Banville - Odelettes - A Adolphe Gaïffe -  Jeune homme sans mélancolie, Blond comme un soleil d'Italie,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/