A madame la princesse douairière, Charlotte de la Trémouille

(Publié le 22 juin 2016) (Mis à jour le: 22 juin 2016)
Quoi donc, grande princesse, en la terre adorée,
Et que même le Ciel est contraint d’admirer,
Vous avez résolu de nous voir demeurer
En une obscurité d’éternelle durée ?

La flamme de vos yeux, dont la cour éclairée
A vos rares vertus ne peut rien préférer,
Ne se lasse donc point de nous désespérer,
Et d’abuser les voeux dont elle est désirée ?

Vous êtes en des lieux, où les champs toujours verts,
Pource qu’ils n’ont jamais que de tièdes hivers,
Semblent en apparence avoir quelque mérite.

Mais si c’est pour cela que vous causez nos pleurs,
Comment faites-vous cas de chose si petite,
Vous de qui chaque pas fait naître mille fleurs ?

 

François de Malherbe

A madame la princesse douairière Charlotte de la Trémouille Poèmes Poésies François de Malherbe

 Poésies François de Malherbe - Poèmes - A madame la princesse douairière Charlotte de la Trémouille -  Quoi donc, grande princesse, en la terre adorée, Et que même le Ciel est contraint d'admirer,



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/