Sonnet

(Publié le 22 juin 2016) (Mis à jour le: 22 juin 2016)
Ma Triste, les oiseaux de rire
Même l’été ne voient pas
Au Mutisme de morts de glas
Qui vint aux grands rameaux élire

Tragique d’un passé d’empire
Un seul néant dans les amas
Plus ne songeant au vain soulas
Vers qui la ramille soupire.

Sous les hauts dômes végétants
Tous les sanglots sans ors d’étangs
Veillent privés d’orgueils de houle

Tandis que derrière leur soir
Un souvenir de Train qui roule
Au loin propage l’inespoir.

 

René Ghil

Sonnet Poèmes séparés Poésies René Ghil

 Poésies René Ghil - Poèmes séparés - Sonnet -  Ma Triste, les oiseaux de rire Même l'été ne voient pas



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/