Stèle des pleurs

(Mis à jour le: 22 juin 2016)
Si tu es homme, ne lis pas plus loin : la douleur que je porte est si vaste et grave que ton coeur en étoufferait.
Si tu es Chenn, détourne-toi plus vite encore : l’horreur que je signale te rendrait lourd comme ma pierre.
Si tu es femme, hardiment lis-moi pour éclater de rire, et oublie à jamais de t’arrêter de rire,Mais si tu sers comme eunuque au Palais, affronte-moi sans danger ni rancune, et garde le secret que je dis.

Un poème de Victor Segalen

Stèle des pleurs Stèles Poésies Victor Segalen

 Poésies Victor Segalen - Stèles - Stèle des pleurs -  Si tu es homme, ne lis pas plus loin : la douleur que je porte est si vaste et grave que ton coeur en étoufferait. Si tu es Chenn, détourne-toi plus vite encore : l'horreur que je signale te rendrait lourd comme ma pierre.



Voulez-vous commenter cet article ?

Votre email ne sera pas publié

Réalisation : www.redigeons.com - http://www.webmarketing-seo.fr/